Passées À venir

Faire une demande d'AAH

Les adultes handicapés peuvent prétendre à l’AAH. Cette allocation, versée sous certaines conditions, permet de bénéficier d’un complément de revenus. Quelles sont les formalités et conditions d’obtention de l’AAH ? Explications.
Sommaire

L’AAH (Allocation aux adultes handicapés) est une aide financière destinée aux personnes atteintes d’un handicap. Elle leur assure des ressources suffisantes pour faire face aux dépenses liées à leur situation. Depuis le 1er avril 2020, le montant de cette prestation a été revalorisé. Un point sur les formalités et conditions d’obtention de cette prestation.

Faire une demande d’AAH




Critères d’attribution de l’AAH

Pour prétendre à cette allocation, il est nécessaire de respecter plusieurs conditions.

La première est liée au taux d’incapacité du demandeur. En effet, l’AAH ne peut être versée qu’aux personnes ayant un taux égal ou supérieur à 80 %. Toutefois, celles dont le taux d’incapacité est situé entre 50 et 79 % pourront tout de même prétendre à cette aide si elles rencontrent des difficultés pour occuper un emploi de manière durable (au moins 1 an) du fait de leur handicap.

Le bénéfice de l’AAH est également soumis à des conditions d’âge. Le demandeur doit être âgé d’au moins 20 ans, ou 16 ans s’il n’est plus à la charge de ses parents dans le cadre de l’attribution des prestations familiales.

La troisième condition d’attribution de l’aide est liée à la résidence de la personne. Pour en bénéficier, il est nécessaire de résider sur le territoire français de manière stable et durable. Il est aussi possible d’en bénéficier en Guadeloupe, en Guyane, en Martinique, à la Réunion, à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin et à Saint-Pierre-et-Miquelon. Les ressortissants étrangers doivent, en plus, être en situation régulière et disposer à ce titre d’une carte de séjour.

Enfin pour prétendre à l’AAH, la personne en situation de handicap doit respecter des conditions de revenus.

Plafonds de revenus annuels
Nombre d’enfants à charge Personne seuleCouple
010 832 €19 607 €
116 249 €25 023 €
221 665 €30 439 €
327 081 €35 855 €
432 497 €41 271 €

Faire une demande d’allocation aux adultes handicapés

La demande d’AAH doit être transmise à la MDPH (Maison départementale des personnes handicapées) du domicile.

Pour cela, il est nécessaire de constituer un dossier comportant le formulaire de demande correspondant au cerfa 15692 01 et son certificat médical cerfa 15695 01. Il est possible d’envoyer les documents par voie postale et dans certains départements, la démarche peut se faire en ligne.

La demande est généralement instruite dans un délai de 6 mois. Si passé ce délai aucune réponse n’a été communiquée au demandeur, son dossier est considéré comme rejeté.

Montant de l’aide

Depuis le 1er avril 2020, le montant maximum mensuel de l’AAH s’élève à 902,70 € pour une personne seule qui ne perçoit aucune ressource.

Pour les autres, les pensions de retraite et d’invalidité, les rentes d’accident du travail, l’ASPA (Allocation de solidarité aux personnes âgées), les revenus professionnels et les revenus fonciers du demandeur sont pris en compte pour le calcul de l’AAH. Le montant de l’aide varie donc en fonction des ressources du demandeur.





Durée d’attribution de la prestation

Lorsque le taux d’incapacité est égal ou supérieur à 80 %, la durée de versement est de 1 à 5 ans. Elle peut parfois être versée pour une durée supérieure, sans toutefois dépasser 20 ans. Une fois l’âge de la retraite atteint, le bénéficiaire peut continuer à percevoir une partie de son allocation, dès lors que le montant total de sa pension n’excède pas celui de l’AAH.

L’AAH est versée pendant une durée qui varie de 1 à 2 ans si le taux d’incapacité est compris entre 50 et 79 %. Dans certains cas, notamment si la personne rencontre des difficultés pour occuper un emploi de manière durable, elle peut être perçue durant 5 années. Le versement cesse automatiquement lorsque le bénéficiaire atteint l’âge légal de départ en retraite.

En raison des mesures de confinement dues à la propagation du Coronavirus, les droits de certains bénéficiaires sont prolongés automatiquement. Sont concernées les personnes dont les versements devaient s’interrompre entre le 12 mars et le 31 juillet 2020 et celles dont la date de fin des droits était antérieure au 12 mars et qui n’ont pas encore été renouvelés.