Passées À venir

La HAS recommande un dépistage régulier de la Chlamydia pour les jeunes femmes sexuellement actives

La chlamydia trachomatis est l’infection sexuellement transmissible bactérienne la plus fréquente chez les jeunes âgés de 16 à 24 ans, et plus particulièrement chez les femmes. C’est pourquoi la Haute autorité de santé recommande aux jeunes femmes sexuellement actives d’effectuer régulièrement un dépistage. Explications.

La Chlamydia est une IST (Infection sexuellement transmissible) que l’on retrouve assez fréquemment chez les jeunes femmes. La maladie est souvent asymptomatique, mais peut avoir de graves conséquences si elle n’est pas traitée rapidement. D’où l’importance d’effectuer régulièrement un dépistage. Le point dans cet article.

La HAS recommande un dépistage régulier de la Chlamydia pour les jeunes femmes sexuellement actives


Le dépistage nécessaire même en cas de rapports protégés

La Chlamydia ne se transmet pas seulement lors de rapports sexuels, elle est parfois transmise par un simple contact de peau à peau. Les femmes sont généralement les plus touchées par cette IST et, comme la maladie est souvent asymptomatique, elle est souvent transmise sans le savoir. D’où l’importance d’aller se faire dépister.

Entre « 60 à 70 % » des femmes infectées par la bactérie Chlamydia trachomatis, ne ressentent aucun symptôme et ignorent qu’elles ont contracté cette infection sexuellement transmissible, expliquait la HAS (Haute autorité de santé) dans un communiqué récent.

« Ceci favorise la survenue de complications et la transmission de la bactérie au sein de la population », alors que, dépistée rapidement, l’infection est facilement traitée par une prise d’antibiotiques.

Des conséquences graves chez la femme

Une infection à Chlamydia non traitée peut engendrer de graves conséquences sur la santé de la femme, jusqu’à engendrer des problèmes de stérilité. « Des atteintes inflammatoires pelviennes, des salpingites, une grossesse extra-utérine ou une stérilité tubaire (trompes bouchées) » font partie des symptômes qui peuvent apparaitre si l’IST n’est pas traitée.

Comment se faire dépister et à quelle fréquence ?

Pour les femmes, la HAS préconise au minimum un dépistage systématique de la chlamydia chez les jeunes sexuellement actives âgées de 15 à 25 ans inclus, y compris les femmes enceintes.

Si le résultat du test est négatif, le dépistage suivant se fera s’il y a changement de partenaire et plus particulièrement en cas de rapports sexuels non protégés, le dépistage est répété chaque année.

Si une infection à la chlamydia est révélée grâce au test, un traitement antibiotique est prescrit par un médecin et le dépistage sera renouvelé dans les 3 à 6 mois.

En ce qui concerne les hommes et les femmes de plus de 25 ans, la HAS recommande un dépistage ciblé pour ceux et celles qui rencontrent des situations considérées plus « à risque » comme le fait d’avoir au moins deux partenaires dans l’année, un changement de partenaire récent, être soi ou ses partenaires diagnostiqués avec une autre IST (gonorrhée communément appelée « chaude-pisse », syphilis, VIH, Mycoplasma genitalium) et « après un viol ». Le dépistage est également conseillé aux femmes enceintes qui souhaitent interrompre leur grossesse, peu importe leur âge.



Où effectuer le test de dépistage ?

Chez la femme, le dépistage consiste en un prélèvement local indolore à l’entrée du vagin. Pour les hommes, une analyse d’urine ou un prélèvement à l’entrée de l’urètre est nécessaire.

Ces prélèvements peuvent être effectués dans un CeGIDD (Centre gratuit d’information, de dépistage et de diagnostic) ou un CPEF (Centre de Planification et d’Éducation Familiale). Mais un médecin généraliste, un gynécologue ou une sage-femme sont tout aussi compétents pour vous prescrire le test.