Passées À venir

Le chèque, moyen de paiement le plus fraudé en 2018

Même si leur utilisation est en baisse ces dernières années, les chèques ont constitué, en 2018, le moyen de paiement le plus fraudé dans l’hexagone. C’est l’une des conséquences du renforcement de la sécurité des autres moyens de paiement. Explications.
Sommaire

Ces trois dernières années, « le chèque connaît une hausse des montants fraudés, lesquels atteignent 450 millions d’euros en 2018, ce qui représente une progression annuelle de 52 % », a indiqué la Banque de France au moment de rendre public son 3e rapport annuel de l’Observatoire portant sur la fiabilité des moyens de paiement.

Le chèque, moyen de paiement le plus fraudé en 2018


Le chèque représente 43 % du montant total des fraudes

Aujourd’hui, le chèque constitue le moyen de paiement « le plus fraudé en montant », alors qu’en 2017, il figurait en seconde position. La carte bancaire occupait la première place.

Seulement 7 % des transactions sont effectuées en chèque. Mais cet instrument représente 43 % du montant total des fraudes, et la carte bleue 38 %.

La hausse de la fraude au chèque s’inscrit dans une période où son utilisation comme outil de transaction est en diminution. « Notre sentiment, c’est qu’au fur et à mesure que nous faisons des gros progrès sur la sécurité des autres moyens de paiement, il y a une tendance au report des fraudeurs et de la fraude vers le maillon plus fragile qu’est le chèque », a souligné François Villeroy de Galhau, le gouverneur de la Banque de France.

En 2018, le taux de fraude sur les chèques était de 0,05 %, contre moins de 0,03 % en 2017.

En cause, l'utilisation de chèques volés ou falsifiés

En 2018, une grande partie des sommes qui ont été fraudées est due principalement à l’usage frauduleux de chèques volés ou perdus. Une pratique qui a augmenté en comparaison à l’année 2017. La falsification de chèques est également en cause.

Pour enrayer ce phénomène, la Banque de France va analyser cette fraude plus en détail. Elle souhaite par ailleurs que tous les professionnels instaurent des systèmes capables d’identifier les opérations suspectes et permettant de prévenir le détenteur du compte si une anomalie est détectée ou de ne pas accepter une transaction lors d’une potentielle fraude.

L’institution bancaire invite aussi les clients à être vigilants lorsqu’ils ont perdu leur chéquier ou que celui-ci leur a été volé.

Le virement constitue le moyen de paiement le moins fraudé

Pour ce qui est du virement, le nombre de fraudes a été moins important en 2018. En revanche, les sommes fraudées ont été plus importantes. L’ensemble de la fraude sur les virements réalisés depuis un compte dans l’hexagone atteint près de 97 millions d’euros. Cela ne représente qu’un très faible taux de fraude de 0,0004 %.

Le taux de fraude sur les transactions sans contact, un mode de paiement qui a doublé en 2018, stagne quant à lui à 0,02 %.

Enfin, concernant les transactions à distance, le taux de fraude diminue pour la 7e année de suite alors que ce type de paiement a fortement augmenté en comparaison à 2017. Il est aujourd’hui inférieur à 0,2 %.