Passées À venir

Le dioxyde de titane est présent dans 2 dentifrices sur 3

Des nanoparticules de dioxyde de titane retrouvées dans 2/3 des dentifrices selon une étude réalisée par l’association Agir pour l’environnement. Elle révèle également l’étiquetage trompeur de certains produits. Faisons le point.
Sommaire

L’association Agir pour l’environnement vient de publier un rapport sur les dentifrices contenant du dioxyde de titane, un colorant ayant des effets néfastes sur la santé. On y apprend que 2/3 d’entre eux en contiennent. Un chiffre préocupant. Explications.

Le dioxyde de titane est présent dans 2 dentifrices sur 3


Des nanoparticules de dioxyde de titane retrouvées dans 271 dentifrices sur 408

Le dioxyde de titane est un additif alimentaire contenant des nanoparticules potentiellement dangereuses pour la santé. Cet additif, aussi appelé E171 ou encore TiO2, est présent dans certains aliments, mais aussi dans de nombreux dentifrices.

Pendant près de 3 mois, l’association Agir pour l’environnement a analysé des marques de dentifrice. Résultat : près de 271 sur 408 dentifrices sont constitués de dioxyde de titane, une substance considérée comme cancérigène. Un composant qui est également présent dans un dentifrice pour enfants sur deux (29 sur 59 dentifrices étudiés).

L’enquête de l’association pointe du doigt également le mauvais étiquetage de nombreux dentifrices proposés à la vente. « Aucun des 271 dentifrices ne précise sur son emballage si le dioxyde de titane présent est à l’état nanoparticulaire », précise l’association dans son communiqué de presse du 28 mars 2019.

L’interdiction du dioxyde de titane dans les aliments devrait également s’étendre aux dentifrices

Dans l’émission « C à vous » en janvier dernier, Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, s’est engagé à suspendre l’utilisation de cette substance dans les produits alimentaires.

Agir pour l’environnement souhaite aller plus loin. L’association a été reçue jeudi 28 mars au cabinet de Bruno Le Maire pour « l’élargissement de l’arrêté de suspension du dioxyde de titane à tous les produits qui peuvent être totalement ou partiellement ingérés : dentifrices et médicaments ».

L’association souhaite également « une enquête de la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et la répression des fraudes) pour vérifier si l’absence de la mention nano sur l’étiquetage des dentifrices est justifiée, ainsi que des sanctions dissuasives pour les fraudeurs ».

Pour informer les consommateurs, l’association a mis à disposition la liste des dentifrices concernés sur le site dentifrice-infoconso.agirpourlenvironnement.org.

Rapport d’enquête sur la présence de dioxyde de titane dans 2/3 des dentifrices.