Passées À venir

Le port du masque est-il obligatoire dans les crèches et chez les assistants maternels ?

C’est aussi l’heure de la rentrée pour les tout-petits. Qu’en est-il de l’obligation du port du masque dans les structures d’accueil ?
Sommaire

Pour les professionnels travaillant dans les crèches, ainsi que chez les assistants maternels, le port du masque n’est pas obligatoire en présence des enfants. Quelques changements sont tout de même à prévoir, et le gouvernement a sollicité un nouvel avis scientifique.

Le port du masque est-il obligatoire dans les crèches et chez les assistants maternels ?


Le port du masque uniquement obligatoire lors des interactions entre adultes

Comme l’ont annoncé le ministère de la Santé et le secrétariat d’État chargé de l’enfance dans un communiqué publié dimanche 30 août, le port du masque dans les crèches, chez les assistants maternels ou dans le cadre de garde d’enfant à domicile n’est « pas obligatoire en présence des enfants ».

Il l’est en revanche pour les parents lorsqu’ils se trouvent à l’intérieur des crèches ou au domicile des assistants maternels, et plus généralement « lors de toute interaction entre adultes à l’intérieur », comme l’avait indiqué le cabinet d’Adrien Taquet, secrétaire d’État à l’enfance et aux familles.

Le port du masque est également obligatoire dans les structures d’accueil, lorsque les professionnels ne peuvent pas appliquer la règle sanitaire de 1 mètre de distanciation physique, ceci même s’ils sont en présence d’enfants.

Par ailleurs, lorsqu’un enfant a été retiré de la crèche ou de l’assistant maternel en raison d’une suspicion de Covid, il peut y revenir :

  • Après une consultation médicale ayant levé la suspicion de Covid
  • Après un test RT-PCR négatif si la consultation médicale l’avait prescrit
  • Après la guérison de l’enfant et la période d’isolement si le test était positif

Les enfants de différents groupes pourront être mélangés, ce qui permettra de réunir des enfants de différentes sections le matin et le soir afin de simplifier l’organisation.

Toutefois, un nouvel avis scientifique a été demandé par le gouvernement, et pourrait faire évoluer ces règles dans les jours à venir.

Le rôle des Agences régionales de santé renforcé

Par ailleurs, les Agences régionales de santé (ARS) qui étaient jusqu’ici alertées pour coordonner les mesures à prendre uniquement en cas de cluster dans les crèches, le seront désormais dès le premier cas confirmé, et ce dans tous les types de structures d’accueil des jeunes enfants, qu’il s’agisse par exemple de crèches, de haltes-garderies ou de jardins d’enfants.

Les extensions exceptionnelles d’agréments accordées aux assistants maternels pour leur permettre de garder davantage d’enfants que le nombre prévu se termineront le 30 septembre, mais pourront tout de même être prolongées au cas par cas, avec l’accord des présidents de conseils départementaux.

Enfin, concernant l’hygiène dans les centres d’accueil des jeunes enfants, elle devra faire l’objet d’une attention « élevée », précise le communiqué du ministère de la santé et du secrétariat d’État chargé de l’enfance.