Passées À venir

Le retour de l'ancienne formule du Levothyrox en 2019

En France, 3 millions de patients prennent du Levothyrox, un médicament contre les problèmes de thyroïde. Depuis le changement de formule décidé par Merck, le laboratoire fabricant, en mars 2017, beaucoup de patients réclament la remise à disposition de l’ancienne formule. Ils viennent, en partie, d’obtenir gain de cause. Explications.

En mars 2017, le régulateur thyroïdien le plus utilisé en France a changé de formule malgré les 3 millions de malades qui en prennent quotidiennement. Suite à quoi, de nombreux patients se sont plaints d’effets secondaires plus ou moins graves et des actions en justice ont même été entamées. Finalement, il a été décidé que le Levothyrox « ancienne formule » sera de nouveau distribué en France en 2019. Un point sur la situation.

Le retour de l’ancienne formule du Levothyrox en 2019


Un procès perdu, mais pas totalement

À Toulouse, le TGI (Tribunal de grande instance) a été saisi il y a quelque temps par 42 patients qui attaquaient le laboratoire Merck en justice suite au changement de formule du médicament qui aurait provoqué des effets secondaires sur leur santé.

Lundi 5 novembre, le tribunal a rendu sa décision, déboutant les malades qui n’auront pas droit à des indemnités pour le préjudice d’anxiété dont ils estiment être victimes. Mais, la bonne nouvelle qui fait office de petite victoire, c’est la désignation de 3 experts chargés d’analyser et reporter les effets secondaires, les symptômes et les éventuelles séquelles dus au changement de formule du médicament.

Le laboratoire Merck annonce la mise à disposition de l’ancienne formule du Levothyrox en 2019

En parallèle de cette action en justice, Valérie Leto, pharmacienne responsable de Merck France a déclaré à l’AFP : « Nous allons poursuivre la mise à disposition de l’ancienne formule du Levothyrox tout au long de l’année 2019 ».

Mais ceci ne devrait pas durer. L’idée est de remettre l’ancien médicament sur le marché le temps de trouver des « solutions pérennes ».

« Ces boîtes (50 000 par mois) seront destinées aux patients qui n’ont pas encore trouvé de solution pérenne. Il s’agit d’une décision temporaire de transition », a-t-elle précisé au journal Le Parisien.

Une solution pérenne reste à trouver

« C’est une bouffée d’air pour les patients qui ne supportent pas la nouvelle formule », a déclaré Beate Bartès, la présidente de l’association Vivre sans thyroïde. « Mais ça ne résout pas le problème, cela ne fait que le reporter. Ce qu’il faudrait, c’est une pérennité des 2 formules côte à côte ».

Selon les chiffres officiels, ce sont 31 000 patients qui se plaindraient d’effets indésirables depuis le passage à la nouvelle formule du Levothyrox. L’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament) est actuellement en train d’étudier d’autres médicaments pour remplacer le Lévothyrox et aurait actuellement 5 solutions de substitution.

Mais comme le souligne Mme Bartès, « certains malades ont essayé toutes les alternatives sur le marché et ont vraiment du mal, alors que d’autres vont très bien ». « Ce qui n’est toujours pas résolu aussi, c’est que personne n’a pour l’instant d’explication des effets indésirables de la nouvelle formule, c’est un peu laissé de côté par Merck ».



C’est sous le nom d’Euthyrox que l’ancienne formule va faire son retour

« Concernant Euthyrox, l’ANSM a demandé au laboratoire Merck de poursuivre sa mise à disposition en France sur l’année 2019 pour permettre aux patients encore traités par Euthyrox de s’adapter à un nouveau traitement », précisait l’Agence du médicament dans un communiqué du 31 octobre 2018.

L’Euthyrox, c’est la version européenne de l’ancienne formule du Levothyrox qui dispose d’une autorisation d’importation, mais ne dispose pas des autorisations de mise sur le marché français. Elle sera donc importée d’Allemagne, en quantités limitées. « Les médicaments à base de lévothyroxine disponibles de façon régulière et pérenne doivent être privilégiés », rappelle l’ANSM.

La nouvelle formule du Levothyrox devrait être distribuée dans la plupart des pays européens en 2019, à commencer par l’Allemagne où sera vendue la nouvelle formule du médicament dès le premier semestre de l’année prochaine. Jusqu’à présent, le laboratoire Merck assure ne pas avoir reçu de demandes de remise sur le marché de l’ancienne formule dans les pays actuellement en transition.