Passées À venir

Une nouvelle formule du baccalauréat prévue pour 2021

Repenser le diplôme du baccalauréat est l’une des promesses de campagne de l’actuel président. Pour préparer ce projet de réforme, un ensemble de propositions a été remis au ministre de l’Éducation nationale. Quelles sont les idées phares du nouveau baccalauréat ?
Sommaire

Le baccalauréat devrait être entièrement repensé d’ici 2021. Des changements vont voir le jour. Un rapport comportant des propositions de réforme vient d’être publié et remis au ministre de l’Éducation nationale pour étude. Dans l’attente de la présentation du projet de réforme en Conseil des ministres le 14 février prochain, informez-vous sur les principales propositions de ce rapport.

Une nouvelle formule du baccalauréat prévue pour 2021



Suppression des filières générales et réorganisation des enseignements

L’une des premières pistes suggérées concerne la suppression des filières générales du baccalauréat : les séries littéraire, scientifique, économique et sociale. Les enseignements devraient être organisés différemment.

Des matières telles que le français, les mathématiques, l’histoire-géographie, le sport ou encore les langues vivantes seraient suivies par tous les élèves. Parallèlement, les lycéens choisiraient dès la classe de première deux disciplines « majeures ». Parmi celles-ci, plusieurs combinaisons de matières possibles : mathématiques et physique, lettres et langue vivante, ou encore sciences économiques et sociales et économie gestion. Ils opteraient par ailleurs pour deux matières dites « mineures » et des enseignements facultatifs.

Enfin, à cela s’ajouterait un accompagnement des lycéens dans leur parcours scolaire, mais également en vue de préparer leur sortie du lycée.

Baisse du nombre d’épreuves terminales

Selon le rapport publié, les épreuves anticipées de français en classe de première et de philosophie en terminale seraient maintenues.

À l’inverse, il a été proposé que le nombre d’épreuves finales soit diminué. Un contrôle continu pourrait donc être mis en place pour permettre aux élèves de ne passer que 4 épreuves terminales. Parmi ces épreuves, deux d’entre elles (les disciplines « majeures ») auraient lieu au retour des vacances de printemps. Enfin, les deux dernières se dérouleraient en juin : l’épreuve de philosophie et le « grand oral ». Cette dernière épreuve orale serait une nouveauté. Elle porterait sur un projet mêlant plusieurs disciplines sur lequel l’élève travaillerait pendant 2 ans. Le rapport évoque un jury composé de 3 personnes, dont une qui serait extérieure à l’établissement.

Modification du système de notation

Les épreuves anticipées de français ainsi que les quatre épreuves terminales pourraient représenter 60 % de la note finale. Enfin, les résultats obtenus au cours du contrôle continu compteraient quant à eux pour 40 %.



Remplacement des trimestres par des semestres

Le rythme de l’année scolaire pourrait lui aussi être modifié à partir de la seconde. Les trimestres disparaitraient au profit de 2 semestres, comme à l’université. Une telle organisation permettrait aux lycéens de faire figurer une majeure partie de leurs résultats sur la plateforme Parcoursup.

Changement des modalités des épreuves du rattrapage

L’une des dernières propositions phares du rapport concerne la suppression des épreuves de rattrapage. Actuellement, les lycéens qui ont obtenu une note au moins égale à 8/20 et inférieure à 10/20 ont la possibilité de passer des oraux supplémentaires afin de récupérer les points manquants. Les sessions de rattrapage pourraient être supprimées au profit d’une étude des livrets scolaires. Ainsi, en fonction des notes et appréciations obtenues en classe de première et de terminale, le jury déciderait d’accorder ou non les points manquants.