Passées À venir

Produits ménagers : 60 millions de consommateurs note 108 références avec le Ménag'Score

Au printemps dernier, 60 millions de consommateurs alertait déjà sur la toxicité des produits ménagers et sur le manque de clarté et de lisibilité sur les étiquettes. En ce sens, elle proposait la mise en place d’un Ménag'Score pour mieux informer les consommateurs. Pour son numéro de septembre, le mensuel a évalué 108 produits ménagers à l’aide de ce système de notation.
Sommaire

Après avoir trouvé des substances nocives dans une centaine de produits ménagers, l’INC (Institut national de la consommation) et le magazine 60 millions de consommateurs avaient lancé au printemps dernier une pétition afin d’obtenir plus de transparence sur les effets de certains produits sur la santé ainsi qu’un étiquetage simplifié, plus clair et plus lisible pour les consommateurs. Pour son numéro du mois septembre elle a mis en œuvre le Ménag'Score sur 108 produits ménagers.

Produits ménagers : 60 millions de consommateurs note 108 références avec le Ménag'Score


108 produits passés au crible

Le magazine a étudié pas moins de 108 produits ménagers. Les spécialistes ont pris le temps de déchiffrer la composition de chacun, et ce, quelle que soit la famille à laquelle ils appartiennent : sprays, liquides multisurfaces, lingettes, serpillères, etc.

Le verdict est sans appel, la plupart de ces produits sont nocifs tant pour la santé que pour l’environnement. C’est ainsi que le magazine plaide pour une notification plus claire des ingrédients nocifs sur les emballages, par le biais d’une échelle de notation.

Le Ménag’Score pour les produits ménagers

Sur le même principe que le Nutri-score, le Ménag’Score, classifie les produits ménagers par un système de lettrage : A étant les produits les plus sains jusqu’à E, regroupant les produits les plus dangereux.

Cette initiative a été mise au point par les experts de l’institut national de la consommation, également éditeurs du magazine 60 millions de consommateurs. Par cette notation explicite, ils permettraient aux utilisateurs d’y voir plus clair sur les dangers qu’ils encourent en faisant le ménage. Ils se sont basés sur la composition affichée en reposant sur un calcul global des risques chimiques et en tenant compte du risque pour la santé de chaque ingrédient. En revanche, il ne s’appuie pas du tout sur l’efficacité du produit.

Le consommateur pourra alors clairement identifier la dangerosité des produits d’entretien et notamment les risques sanitaires qu’il encourt. Ainsi, les perturbateurs endocriniens (comme les isothiazolinones), ou encore les ammoniums quaternaires (générateurs de résistances bactériennes), le bythylphénylméthyl-proprional ou lilial (parfum synthétique irritant et allergène), etc., peuvent être évités. Cela engagerait aussi les marques à fabriquer des produits plus « green » et plus sains.

« La marque n’est pas gage de qualité » et les produits écologiques ne sont pas si nets

Le magazine indique qu’une même marque est capable de fabriquer un produit noté A, puis un autre noté D. De même, de nombreuses marques reconnues sont très mal notées sur Ménag’Score.

Les eaux de javel ou tout produit en contenant sont à proscrire, car ils sont dangereux tant pour les yeux que pour les voies respiratoires. De leurs côtés, les blocs WC souvent entourés de plastique sont considérés comme « très polluants ».

Parmi les produits ménagers testés, un certain nombre étaient estampillés « Ecolabel » ou « Ecodétergent ». Et pourtant, même si la majorité obtient une notation correcte, une petite partie reste tout de même notée C, comme les liquides multisurfaces Étamines du Lys, Univert ou Apta.



À vos votes !

Les consommateurs sont encore invités, à signer la pétition pour que le Ménag’Score soit adopté et apparaisse automatiquement sur tous les emballages des produits ménagers. Pour l’heure, plus de 21 500 personnes ont répondu à l’appel du magazine 60 millions de consommateurs.