Passées À venir

Sans-abris : Des associations réclament des solutions d'hébergement pérennes

À la mi-septembre, le 115 — numéro gratuit du SAMU social — est déjà saturé d’appels provenant de personnes sans-abris. Les associations, conscientes du nombre croissant de personnes SDF (Sans domicile fixe), demandent au gouvernement de mettre en place des mesures concrètes d’accueil des sans-abris. Le point dans cet article.
Sommaire

Alors que la saison hivernale n’a pas encore commencé, le SAMU social est déjà saturé d’appels à un niveau sans précédent. Les associations interpellent le gouvernement et le pressent de mettre en place des solutions d’accueil pérennes pour les sans-abris et des logements aux loyers abordables.

Sans-abris : Des associations réclament des solutions d'hébergement pérennes


Le numéro du SAMU social déjà saturé

Nous ne sommes qu’au mois de septembre et le SAMU social croule déjà sous les demandes d’hébergement d’urgence. Les responsables ont indiqué recevoir en moyenne 15 700 appels par jour actuellement, contre 9 400 l’année dernière à la même période. Sur ces 15 700 demandes, seuls 1 040 aboutissent.

« En moyenne, 360 familles appellent le 115 et sont sans solution d’hébergement chaque soir », contre 175 en 2018, indique le 115.

Un groupe d’associations dont la Fédération des acteurs de la solidarité, Agir pour la santé des femmes, Aurore, le Diocèse de Paris, Emmaüs, la Fédération de l’entraide protestante, France terre d’asile, Réseau Ezra, le SAMU social de paris et le Secours populaire ont interpellé le gouvernement dans un manifeste baptisé « Ensemble, agissons contre le sans-abrisme ».

« Nous constatons depuis plusieurs années une insuffisance chronique de places d’hébergement et de logements sociaux », alertent les associations. « Cette crise est amplifiée par le sous-dimensionnement chronique du parc d’hébergement dédié aux demandeurs d’asile » qui sont régulièrement orientés vers le 115 ou des campements.

Les associations demandent au gouvernement d’agir

« Ce sont des dizaines de milliers de personnes sans solution dans le pays », dénoncent les associations. Et face à cette crise qui atteint un niveau encore jamais vu, elles demandent des mesures « concrètes, dignes et pérennes ».

Pour pallier le nombre croissant de personnes sans domicile fixe, les associations réclament notamment :

  • la « construction de logements à coût abordable à la hauteur des besoins »
  • un « accès effectif des personnes les plus précaires au logement social »
  • la « mise à disposition » de « locaux disponibles » pour pouvoir « créer des lieux d’hébergement »
  • la mise en place de solutions d’hébergement pour accueillir SDF et demandeurs d’asile

Elles insistent aussi sur la nécessité de trouver rapidement des solutions d’accueil adaptées aux femmes enceintes et aux familles et souhaiteraient également une régularisation rapide des personnes hébergées et un nouveau recensement des sans-abris.