Passées À venir

Une aide exceptionnelle de l'Agirc-Arrco dédiée aux salariés en difficulté

Vous êtes un actif du secteur privé et vous rencontrez des difficultés financières à cause de l’épidémie de Covid-19 ? Votre caisse de retraite complémentaire peut peut-être vous aider. Explications.
Sommaire

Une aide exceptionnelle d’urgence peut être demandée par les salariés du privé qui cotisent à l’Agirc-Arrco et qui rencontrent des difficultés financières en cette période particulière. Son montant peut aller jusqu’à 1 500 euros. Le point sur ce dispositif.

Une aide exceptionnelle de l'Agirc-Arrco dédiée aux salariés en difficulté


À qui s’adresse l’aide exceptionnelle d’urgence de l’Agirc-Arrco ?

La crise du Covid-19 engendre des difficultés financières chez certains foyers français. Les salariés du privé ne sont pas épargnés. Afin de leur venir en aide, l’Agirc-Arrco a annoncé la création d’une aide exceptionnelle d’urgence.

L’enveloppe budgétaire atteint environ 200 millions d’euros et est ponctionnée sur le fonds d’action sociale. Celui-ci est d’ordinaire utilisé pour les chômeurs ou les retraités.

L’aide exceptionnelle d’urgence s’adresse aux quelque 18,8 millions de cotisants. Toutes les situations peuvent être étudiées a déclaré l’organisme.

Quel est son montant ?

Le régime de retraite complémentaire Agirc-Arcco a annoncé vouloir aider les actifs en leur octroyant une aide pouvant atteindre 1 500 euros.

Celle-ci sera calculée en fonction de leur situation et sera versée en une seule fois.

Comment demander l’aide de l’Agirc-Arrco ?

La demande est simple et rapide. Les personnes qui souhaiteraient bénéficier de cette aide doivent tout d’abord contacter leur caisse de retraite complémentaire.

Un formulaire de « demande d’intervention sociale simplifiée » sera ensuite à remplir. Celui-ci devra être accompagné d’une attestation sur l’honneur justifiant des difficultés financières du salarié. Les trois derniers bulletins de salaire devront également être fournis afin de justifier la baisse des revenus.

Le dossier passera devant une commission et s’il est validé, le versement sera effectué sous un délai maximum d’un mois.

Les salariés en difficulté ont jusqu’à fin juillet pour déposer leur demande. En fonction de l’évolution de la situation, cette échéance pourrait être repoussée.