Passées À venir

Attention aux arnaques liées au Covid-19

Les autorités alertent et mettent en garde le public face à la recrudescence des arnaques liées au Covid-19. Ils appellent chacun à la plus grande vigilance.
Sommaire

Des individus mal intentionnés profitent de la peur liée au coronavirus pour arnaquer la population. Remèdes miracles, vaccins, désinfection des maisons, dépistage, fausses attestations… l’épidémie de Covid-19 donne lieu à toute sorte d’escroqueries. Les autorités mettent en garde la population et appellent à la plus grande vigilance.

Attention aux arnaques liées au Covid-19


Attention à ce que vous achetez sur internet

« 16 000 nouveaux sites internet liés au coronavirus ont été enregistrés depuis début janvier et ont 50 % plus de chances d’être malveillants», a révélé au Parisien le spécialiste de la sécurité Checkpoint. Parmi les sites frauduleux, de fausses pharmacies, des vendeurs de produits miracles pour lutter contre le virus ou s’en protéger, ou des enseignes qui disent vendre des masques ou du gel hydroalcoolique alors qu’il y a pénurie.

« Dans le pire des cas, vous ne recevez rien. Au mieux, vous récupérez un produit qui ne correspond pas à votre commande. Dans tous les cas vous serez débité », résume François-Xavier Masson, le directeur de l’OCLCTIC (Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l’information et de la communication). « Le temps d’identifier les sites, l’argent aura disparu et il n’y a aucune chance que vous le retrouviez », a-t-il expliqué à France Info.

Phishing et attaques de hackers

Les cyberattaques se multiplient également, notamment en raison du télétravail qui a parfois été mis en place à la va-vite afin de pallier l’urgence de la situation, créant des failles de sécurité. « Les employés travaillent parfois sur leurs ordinateurs personnels et rajoutent des appareils mal paramétrés sur le système informatique de leur entreprise en augmentant au passage la surface d’attaque des pirates », a commenté Ivan Kwiatkowski, chercheur en cybersécurité chez Kaspersky.

« L’attaque la plus en vogue fait appel à des sites qui proposent une fausse attestation [de sortie dérogatoire] vérolée que les particuliers téléchargent sur leurs ordinateurs professionnels et qui infecte les réseaux informatiques des entreprises », prévient Jacques de la Rivière, directeur de Gatewatcher, une plateforme de détection des intrusions informatiques.

Les e-mails frauduleux sont aussi répandus, souvent à l’entête des organisations ou organismes de santé (OMS, Assurance Maladie…). Attention aux fichiers joints qui peuvent contenir des virus informatiques.

Rappels et mises en garde de la DGCCRF

Pour vous éviter certains désagréments, la DGCCRF (Direction générale de la consommation, de la concurrence et de la répression des fraudes) rappelle au public qu’il n’existe pas de vaccin ni de traitement spécifique contre le Covid-19. Il n’existe pas non plus de moyen de s’en protéger à 100 %. Toute entreprise vous proposant un produit clamant le contraire peut être sanctionnée pour pratique commerciale trompeuse.

Aucune entreprise n’est habilitée à effectuer des dépistages et aucun test vendu n’a reçu d’autorisation officielle de mise sur le marché. Rien ne prouve leur fiabilité.

La DGCCRF vous appelle à la plus grande vigilance face à la vente de faux médicaments en ligne. Vous ne devez pas chercher à vous procurer des traitements utilisés contre d’autres maladies pour prévenir ou traiter le Covid-19. Des essais médicaux sont en cours, mais rien n’a été prouvé pour le moment. L’automédication peut avoir de graves effets sur votre santé. En ce qui concerne le paracétamol, la vente en ligne a été suspendue pour le moment. Les personnes ou entreprises qui en proposent sont donc dans l’illégalité.

Les attestations de déplacement dérogatoire et les justificatifs de déplacement professionnel ne sont pas payants. Vous pouvez les télécharger gratuitement, ou les recopier sur papier libre.

L’État n’a pas lancé de campagne de désinfection ou de décontamination des logements. N’ouvrez donc pas la porte à quiconque se présenterait dans ce but et prévenez immédiatement le commissariat de police ou la gendarmerie.

Si vous souhaitez faire des dons, soutenir des associations ou des groupes d’individus (soignants, personnes en difficulté…), assurez-vous de l’identité de la personne ou de la légitimité de l’organisme qui collecte l’argent. Ne donnez jamais vos coordonnées bancaires et vos numéros de carte bancaire sur internet ou par téléphone.