Passées À venir

Calendrier des vaccins 2019 et recommandations

Le nouveau calendrier vaccinal entrera en application à partir du 1er avril 2019. Les principales nouveautés sont : la recommandation du nouveau vaccin contre les papillomavirus, la fin de l’obligation du BCG et l'extension de l’obligation du vaccin anti hépatite B.
Sommaire

Le calendrier de vaccination est établi par le ministère de la Santé, après avoir consulté la Haute autorité de santé. L’année dernière, de grosses modifications avaient eu lieu, avec 11 vaccins obligatoires chez les enfants. Pour 2019, les évolutions sont peu nombreuses. On note la fin de la commercialisation de plusieurs vaccins et de nouveaux conseils.

Le calendrier vaccinal indique les vaccinations qui s’appliquent aux personnes habitant dans l’hexagone selon l’âge, indique des prescriptions vaccinales « générales » et des préconisations vaccinales « particulières » spécifiques à des conditions spéciales d’exposition ou à certaines professions.

Calendrier des vaccins 2019 et recommandations


Les vaccins contre les papillomavirus recommandés

« Toute nouvelle vaccination contre les papillomavirus (transmis lors de rapports sexuels) doit être initiée avec le Gardasil 9 pour les jeunes filles, jeunes femmes et jeunes hommes (homosexuels ou bisexuels) non antérieurement vaccinés », en priorité par rapport aux autres vaccins qui existent déjà, précise cette nouvelle version du calendrier rendue publique, le 7 mars dernier, par le ministère de la Santé.

La vaccination permet de renforcer la prévention, mais ne remplace pas le dépistage des lésions cancéreuses ou précancéreuses du col de l’utérus chez les sujets féminins.

La vaccination par le BCG n’est plus obligatoire pour les professionnels de santé

Concernant la tuberculose, à partir du 1er avril 2019, la vaccination par le BCG ne sera plus obligatoire durant la formation ou le recrutement de professionnels de santé (médecine, dentiste, pharmacie, PMI ou infirmiers). C’est également le cas pour différentes professions comme les personnes travaillant dans les structures qui accueillent des enfants de moins de 6 ans ou les foyers d’hébergements de migrants.

Ces préconisations fondées sur l’avis des experts, validées par le ministère de la Santé, ont été publiées au Journal officiel le 1er mars dernier. Néanmoins, la médecine du travail pourra suggérer d’administrer le BCG « au cas par cas » aux personnels du secteur sanitaire et social non vaccinés selon la mesure du risque. Cette fin d’obligation pour les professionnels de santé intervient après celle appliquée aux enfants pour le BCG qui n’est plus indispensable depuis 2007.

La tuberculose en recul en France ces 30 dernières années

La tuberculose est en diminution régulière, en France, ces 30 dernières années. La maladie demeure à déclaration obligatoire et sous surveillance, expliquent les services du ministère de la Santé.

De plus, en Europe, le BCG pour l’adulte n’est une obligation dans aucun pays. Toutefois, la vaccination contre l’hépatite B est désormais une obligation pour les assistants dentaires en formation à partir du 1er avril 2019.



Certains vaccins ne seront plus commercialisés

Le calendrier 2019 acte la fin de la vente de plusieurs vaccins dont un vaccin pour lutter contre la typhoïde, le Typherix, des vaccins contre le tétanos, ceux appelés monovalents. Deux vaccins trivalents pour lutter contre la grippe Vaxigrip et Fluarix vont cesser d’être commercialisés.

Depuis le 1er janvier 2018, 11 vaccins doivent administrer de manière obligatoire aux enfants. Ce sont des vaccins contre la coqueluche, l’hépatite B, les infections à pneumocoque, les infections invasives à Haemophilus influenzae de type b les infections invasives à méningocoque de sérogroupe C, la rougeole, les oreillons et la rubéole. Parmi ces onze vaccinations, on en retrouve certaines qui avant étaient seulement conseillées comme celle contre la rougeole.

Le calendrier vaccinal complet et les recommandations.