Passées À venir

Des cigarettes trafiquées provoquent des hospitalisations dans la Loire

Les autorités lancent un appel à la vigilance dans le département de la Loire (42) après l’hospitalisation de 6 personnes à qui l’on a offert des cigarettes « trafiquées ». Le point sur la situation.
Sommaire

Les autorités de la Loire sont inquiètes et mettent en garde la population contre des personnes malintentionnées qui offrent des cigarettes trafiquées. Après les avoir fumées, 6 personnes ont été hospitalisées.

Des cigarettes trafiquées provoquent des hospitalisations dans la Loire


6 jeunes hospitalisés à Roanne

Des cigarettes à l’apparence de « roulées » classiques, mais « trafiquées », ont été offertes ces derniers jours à plusieurs jeunes de la ville de Roanne. Dans un square public, ils se sont fait aborder par d’autres jeunes (de 2 à 4 individus) qui ont d’abord sympathisé avec elles, avant de leur offrir des cigarettes « trafiquées ».

Après quelques bouffées, les jeunes se sont retrouvés sous l’emprise d’une substance provoquant des effets aussi divers que dangereux : malaise, perte de connaissance, apathie ou surexcitation. Profitant de leur état, les individus malveillants les ont dépouillées de leur téléphone portable.

Les 6 jeunes victimes âgées de 16 à 20 ans ont depuis recouvré leurs esprits et la santé.

La substance toujours en cours d’analyse

Il est impossible d’affirmer avec certitude quelle est la substance qui a servi à « empoisonner » les cigarettes.

Un échantillon analysé par la police montrerait la présence de résine de cannabis, peut-être pulvérisée à très forte concentration, ce qui expliquerait la puissance des effets sur les victimes. L’effet psychotrope pourrait être plus de 400 fois supérieur à celui d’un « joint » de cannabis.

La possibilité qu’il s’agisse d’un produit très nocif que l’on trouve à la Réunion, appelé « herbe chamanique », a aussi été évoquée par France Bleu. Il faudra toutefois attendre les résultats définitifs des analyses pour s’en assurer.

Les autorités locales ont lancé l’alerte sur leur compte Twitter et le procureur de la République de Roanne vient d’ouvrir une enquête pour vol aggravé et administration de substances nuisibles.

Malgré les 300 caméras de vidéo surveillance que compte la ville de Roanne, les coupables n’ont pas encore pu être identifiés.