Passées À venir

Des radars fixes en hauteur pour éviter leurs dégradations

Depuis 2003 et l’installation des premiers radars automatiques en France, l’État ne cesse d’investir dans de nouveaux modèles, et pour éviter les dégradations, il cherche à les rendre de moins en moins accessibles, en les installant en hauteur par exemple. Quelles sont les nouveautés à venir en matière de contrôle de vitesse ?
Sommaire

Les dégradations et la destruction de radars fixes coutent cher à l’État. C’est pourquoi le gouvernement prévoit d’en installer de nouveaux en hauteur, beaucoup plus difficiles d’accès ou carrément indétectables.

Des radars fixes en hauteur pour éviter leurs dégradations


Les dégradations sur les radars fixes coutent 10 millions d’euros par an

Parfois cassés, tagués ou peints, les radars fixes sont souvent victimes de vandalisme. Ces dégradations coutent à l’État environ 10 millions d’euros par an.

« Cette somme a été divisée par deux en six ans, car les coûts de maintenance des cabines ont été réduits et les actes de vandalisme lourd comme les incendies, qui nécessitaient de changer totalement l’appareil, ont beaucoup diminué » explique un responsable de la Sécurité Routière.

En revanche, le magazine Auto Plus a annoncé que 400 radars ont été vandalisés en juillet 2018, soit 4 fois plus que l’année dernière.

Même si un radar neuf vaut entre 30 000 et 40 000 euros, l’exécutif a prévu de continuer à investir et cette fois, de les positionner en hauteur, pour qu’il soit inaccessible ou beaucoup plus difficile d’accès.

Le mobilier urbain devrait servir de support, les pylônes, panneaux de signalisation ou accrochés à certains portiques.

De nouvelles fonctionnalités seront ajoutées

Les nouveaux radars feront bien plus que seulement contrôler la vitesse. Les prochains modèles seront également en mesure de détecter et flasher un conducteur qui ne respecterait pas les distances de sécurité, qui téléphonerait au volant ou qui ne porterait pas sa ceinture de sécurité.

De nouveaux radars drones sont aussi utilisés depuis quelque temps pour repérer les infractions au Code de la route, des voitures radars banalisées circulent sur nos routes et flashent de manière indétectable, et la Police sera bientôt équipée d’un nouveau radar de poche, le TruSpeed. Petit bijou de technologie dont l’apparition prochaine a été communiquée dans le magazine Auto Plus, ce radar laser de très petite taille (13,2 x 11,4 x 5,3 cm) pèse 410 g et tient facilement dans la main ce qui le rend bien plus facile d’utilisation que les jumelles radars qui pèsent 2,5 kg.

4 700 radars fixes, 6 000 radars mobiles

La grogne des associations d’automobilistes n’en finit plus pour dénoncer la multiplication des radars sur les routes. Pour l’association 40 millions d’automobilistes, « la répression routière — et en particulier les sanctions liées au dépassement de la vitesse autorisée — a atteint un tel sommet en France que le radar est désormais perçu comme un outil servant la rentabilité plutôt que la sécurité des usagers ».

Pour la Sécurité Routière en revanche, l’installation des radars automatiques depuis 2003 et la généralisation des contrôles de vitesse ont contribué à réduire la vitesse moyenne des conducteurs qui est passée de « 91 km/h à 80 km/h ». Les « accidents mortels à proximité des radars [ont eux diminué] de 66 %. En 10 ans, entre 2003 et 2012, les radars ont permis de sauver 23 000 vies », peut-on lire sur leur site internet.