Passées À venir

1 200 radars tourelles seront installés d'ici fin 2020 pour lutter contre les dégradations

S’il y a bien un domaine dans lequel l’État investit largement, c’est la sécurité routière. Ou plutôt les radars. Le délégué interministériel à la sécurité routière Emmanuelle Barbe a annoncé l’installation de 1 200 radars tourelles d’ici fin 2020 et la généralisation des voitures radar banalisées. Le point dans cet article.
Sommaire

De nombreux radars ont été dégradés durant la crise des Gilets jaunes. L’État va en profiter pour changer les radars rendus inutilisables par des radars « nouvelle génération ». « 1200 radars tourelles seront déployés d’ici fin 2020 » a fait savoir Emmanuelle Barbe dans un entretien accordé au journal Le Parisien. Les voitures radar banalisées devraient aussi se multiplier.

1 200 radars tourelles seront installés d’ici fin 2020 pour lutter contre les dégradations


Les radars cassés remplacés par des radars nouvelle génération

Le manque à gagner engendré par les destructions de radars depuis novembre 2018 a été estimé à environ 300 millions d’euros. C’est pourquoi l’exécutif veut remplacer les appareils cassés le plus rapidement possible.

Emmanuelle Barbe, le délégué interministériel à la sécurité routière a d’ailleurs précisé au Parisien que le remplacement des radars cassés serait également l’occasion de passer aux « radars tourelles » de nouvelle génération. Ces derniers sont censés être plus performants et surtout moins faciles à vandaliser. « À ce jour, nous en avons installé 150 à 200. Notre objectif est d’en déployer 400 à 450 d’ici à la fin 2019. Et 1 200 à fin 2020 », a-t-il précisé.

Des peines alourdies pour ceux qui détruisent les radars

Malgré le fait qu’ils soient jonchés sur un pied de 4 mètres de haut, les nouveaux radars tourelles sont de plus en plus vandalisés. Le délégué à la sécurité routière ne manque d’ailleurs pas de signaler que les sanctions encourues se sont alourdies et peuvent désormais s’élever à 5 ans d’emprisonnement et 75 000 euros d’amende. Ces peines seront affichées sur les mâts des nouveaux radars (article 322-3 du Code pénal).

« Récemment, le tribunal de Vesoul a condamné un chauffeur routier de 25 ans à 14 mois de prison, dont 7 avec sursis ! », a fait savoir Mr Barbe. Il estime par ailleurs que les destructions de nombreux radars « ont favorisé les conduites dangereuses ». Pour preuve, le bilan de la sécurité routière en août dernier faisait état de 290 morts de plus sur les routes en un an (+ 17,9 %), un chiffre pour le moins inquiétant.

Les voitures radar banalisées vont également se multiplier

60 radars embarqués dans des voitures banalisées gérées par des entreprises privées vont bientôt être déployés dans « trois nouvelles régions » :

  • Centre-Val de Loire
  • Pays de Loire
  • Bretagne

Le dispositif devrait être opérationnel « en janvier » 2020.