Passées À venir

Favoriser l'égalité femmes-hommes : les annonces du gouvernement

L’égalité femmes-hommes est une des priorités du quinquennat du président de la République. Son Premier ministre a profité de la Journée mondiale des droits de la Femme, jeudi 8 mars, pour annoncer les mesures retenues par son gouvernement.

À la suite du comité interministériel tenu jeudi 8 mars 2018, le Premier ministre, Édouard Philippe, a annoncé l’adoption de plusieurs mesures pour garantir l’égalité entre les femmes et les hommes. Le point sur ses déclarations.

Favoriser l’égalité femmes-hommes : les annonces du gouvernement



Transmission et diffusion de la culture de l’égalité femmes-hommes

Le gouvernement va mettre en place, dans chaque école, un « référent égalité » : une personne sera nommée au sein de tous les établissements scolaires à la rentrée 2019 pour « incarner, porter ce combat, cette exigence, transmettre et diffuser la culture de l’égalité femmes-hommes ».

Dans l’enseignement supérieur, l’objectif « réaliste » et « ambitieux » d’avoir 40 % de filles dans les filières scientifiques d’ici 2020 a été fixé, pour « multiplier et accroitre la diversité des profils des intelligences des compétences dans les filières de l’enseignement supérieur ».

M. Philippe a également félicité le Ministère des armées pour son engagement dans ce combat pour l’égalité hommes-femmes et sa volonté de garantir une « mixité réelle au sein des différents métiers et des différents corps de l’armée ».

Égalité professionnelle

Tout est inscrit dans la loi en ce qui concerne notamment l’équité salariale entre les hommes et les femmes ou pour qu’il n’y ait pas de discrimination à l’embauche, mais il existe toujours des écarts de salaires trop élevés et le droit des femmes en entreprise n’est pas toujours respecté.

Le Premier ministre parle désormais d’une « obligation de résultat » et indique avoir entamé un processus de concertation qui durera de 4 à 6 semaines, avec les organisations syndicales et patronales, pour « changer la donne » en termes d’égalité salariale, de droit des femmes au travail et de leur accès à la formation et à l’information.

Protection des femmes victimes de violences

« 5 000 places d’hébergement seraient garanties en 2018 » pour les victimes de violences. Certains centres d’hébergement seront spécialisés pour la mise en sécurité de demandeuses d’asile victime de violences ou de traite.

Des stages seront également mis en place pour les auteurs de violence afin d’éviter les récidives.

Au sein de chaque université, un lieu d’écoute et d’accompagnement sera créé pour les victimes et les témoins de violences sexistes et sexuelles.

Le Premier ministre a indiqué qu’un budget interministériel de 420 millions d’euros a été prévu pour la mise en place de ces mesures.