Passées À venir

FR-Alert : le dispositif qui vous prévient en cas de danger majeur

Le système FR-Alert a été déployé dans toute la France. Cet outil permet de recevoir une notification accompagnée d’un signal sonore lorsque l’on se trouve dans une zone dangereuse.
Sommaire

Il est désormais généralisé. Le nouveau dispositif d’alerte et d’information de la population en cas d’incident majeur, baptisé FR-Alert, a remplacé l’ancienne application SAIP. Voici tout ce qu’il faut savoir sur ce nouvel outil.

FR-Alert : le dispositif qui vous prévient en cas de danger majeur

C’est quoi le FR-Alert ?

Le système FR-Alert vient en complément des sirènes d’alarme, dont les tests sont effectués chaque premier mercredi du mois. Dans les faits, ce nouveau dispositif avertit les personnes présentes dans une zone confrontée à un danger via une notification envoyée sur les smartphones accompagnée d’un signal sonore strident.

Notons que le signal sonore sera envoyé même aux téléphones placés en mode silencieux ou en mode avion.

Pour rappel, avec ce nouvel outil, la France se conforme à une directive européenne de 2018 obligeant les pays membres de l’UE à avoir un système d’alerte des populations via les téléphones mobiles.

Faut-il installer une application ou s’inscrire sur un site pour être alerté ?

Le FR-Alert sera automatiquement envoyé à tous les téléphones. Autrement dit, pas besoin de télécharger une application ou de s’inscrire sur un site dédié.

Toutefois, pour être précis, à l’heure actuelle, seuls les téléphones mobiles dotés de la 4G ou de la 5G sont concernés par ce dispositif d’alerte. Pour les appareils 2G et 3G, il faudra attendre encore quelques semaines.

Par ailleurs, concernant l’outre-mer, le gouvernement précise que la mise en place de FR-Alert va se faire progressivement.

L’envoi de SMS vient compléter ce dispositif d’alerte d’ici la fin de l’année

Dans un premier temps, le système FR-Alert n’utilisera que la diffusion cellulaire. C’est-à-dire que les messages d’alerte sont envoyés par ondes radios et diffusés par les antennes de télécommunication. L’objectif étant de ne pas saturer le réseau. Puis, d’ici la fin de l’année, ce système sera complété par l’utilisation de SMS géolocalisé.

Bon à savoir : toutes les personnes qui se trouvent dans la zone de danger reçoivent l’alerte. Cela concerne donc autant les Français que les étrangers qui profitent d’un service d’itinérance. Par ailleurs, le ministère de l’Intérieur précise que l’État n’aura pas accès aux données personnelles, car cette technologie « repose sur l’envoi via les antennes relais ».

FR-Alert : le dispositif qui vous prévient en cas de danger majeur

À quoi ressemble l’alerte reçue ?

Le message d’alerte sera écrit par les autorités. Il comportera notamment la nature du danger (feu, accident, séisme, etc.), sa localisation, l’attitude à adopter pour se protéger ou encore un lien vers un site officiel permettant d’obtenir des informations supplémentaires. À la réception de l’alerte, vous devez donc bien prendre connaissance de toutes ces informations.

Puis, les informations relatives à l’évolution de la situation et la fin de l’alerte seront également diffusées par notification.

Quand ce dispositif pourra-t-il est utilisé ?

Le système FR-Alert ne pourra être utilisé qu’en cas d’urgence. Cela peut être pour :

  • un événement météorologique (inondation, tempête, etc.) ;
  • des feux ou des incendies ;
  • la sécurité intérieure et la sécurité nationale (attentat, etc.) ou qui engage la sécurité publique ;
  • un événement géophysique (tsunami, séisme, etc.) ;
  • les transports (accident ferroviaire, routier, aérien ou maritime, etc.) ;
  • les infrastructures (interruption des réseaux, rupture d’ouvrage hydraulique, etc.) ;
  • la santé (épidémie, crise alimentaire, etc.) ;
  • le NRBCE (nucléaire, radiologique, biologique, chimique et explosif).

Seuls la Première ministre, le préfet du département ou de police et le maire peuvent déclencher ce dispositif.

 

Redacteur
Olivier

D’un naturel curieux, aimant écrire et féru d’actualité, je me suis rapidement orienté vers la rédaction web. Après un détour par la PQR (presse quotidienne régionale), me voici désormais sur démarches administratives, avec toujours la même envie : celle de vous informer le mieux possible.