Passées À venir

Jeter des lentilles de contact dans les w.c. pollue l'environnement

Une étude scientifique américaine vient de montrer l’impact polluant des lentilles de contact qui sont jetées chaque année avec les eaux usées des maisons. Un point sur cette pollution facilement évitable.
Sommaire

Les consommateurs sont de plus en plus avertis des ravages causés par les pailles en plastiques, couverts jetables et sacs plastiques sur l’environnement. Mais une étude récente de l’Université d’État d’Arizona montre que les lentilles de contact jetables sont une cause de pollution inattendue et importante. Qu’en est-il ?

Jeter des lentilles de contact dans les w.c. pollue l’environnement



Les lentilles de contact se décomposent difficilement

Pour comprendre comment les lentilles se décomposent dans les égouts, Charles Rolsky et son équipe de l’Université d’Arizona ont placé des lentilles de vue dans des réservoirs d’eaux usées remplis de microorganismes affamés pendant 14, 96 ou 172 heures selon les expériences. Ces temps correspondent à la durée pendant laquelle les déchets restent dans ces réservoirs en usine de traitement des eaux usées. Leurs observations ont montré qu’après 172 heures, les lentilles commencent à peine à se décomposer.

Les conclusions de leur étude les mènent à penser que 23 000 kilos de lentilles de contact s’accumuleraient dans les conduits d’égouts tous les ans et que 55 % de cette quantité se retrouveraient enfouis sous terre, polluant alors notre environnement. Selon les mêmes estimations, de 11 000 à 12 650 kilos viendraient se mêler à la composition des sols et de la poussière en se décomposant (chiffres concernant les États-Unis).

Les microparticules de plastique, un fléau écologique

Les microfragments de plastique, résultat de la décomposition progressive des lentilles de contact, peuvent polluer l’environnement de différentes façons : entrainés par les eaux de pluie, ils finissent parfois leur course dans les rivières et les océans, ou simplement éparpillés dans la terre, dans la poussière.

Dans les deux cas, ils sont susceptibles d’être ingérés par des animaux, ce qui inquiète particulièrement les scientifiques. Des particules de plastique ingérées par un animal, quel qu’il soit (oiseau, poisson, mammifère…), peuvent provoquer des dommages sur ses fonctions corporelles (étouffement, blocage du tube digestif…) ou endommager ses organes. D’autre part, en raison des substances que contiennent ces plastiques (pesticides, résidus de produits toxiques…), ils se retrouvent souvent empoisonnés. L’ingestion de plastique provoque aussi une sensation de satiété plus rapide chez les animaux dont l’estomac est rempli de particules de résine et non de nutriments nécessaires à leur santé.

Selon les scientifiques, la matière dont sont faites les lentilles de contact est poreuse et particulièrement absorbante. Elle retient donc particulièrement bien les résidus de pesticides, les herbicides et tous les produits dangereux auxquels les lentilles sont exposées durant leur voyage dans les égouts.

Certains animaux qui absorbent des particules de plastiques toxiques font partie de la chaine alimentaire de l’Homme, et lorsqu’ils sont consommés, les substances toxiques toujours présentes dans la chair de l’animal intoxiquent notre organisme.

Ne pas jeter les lentilles de contact dans les w.c. ou dans les lavabos

Certains industriels travaillent déjà sur des solutions de recyclage pour les lentilles. Mais l’équipe scientifique en appelle quand même à plus d’information et de communication sur le sujet. Ils souhaiteraient voir figurer une mention sur les emballages incitant les utilisateurs à se débarrasser de leurs lentilles usagées dans la poubelle et de ne jamais les jeter dans les w.c. ou dans le lavabo. Car même si les lentilles de contact ne représentent pas la cause principale de la présence de microplastiques polluants dans la nature, ils sont certainement une des causes facilement évitables.

M. Rolsky a déclaré avec humour que cette étude « lui donne une bonne raison de continuer à porter des lunettes de vue jusqu’à la fin des temps ».