Passées À venir

La SNCF souhaite augmenter le prix des billets de train achetés à bord

La Fnaut (Fédération nationale des associations d’usagers des transports) s’insurge contre un projet de la SNCF qui prévoit d’augmenter le tarif des billets vendus à bord des trains. Qu’en est-il ?
Sommaire

La SNCF souhaite réduire au maximum ses couts et supprime de plus en plus de guichets dans les gares. En parallèle, elle envisage d’instaurer des tarifs plus élevés pour les voyageurs qui achètent leurs billets à bord du train, un projet qui provoque déjà la colère des associations d’usagers qui réclament « le droit d’acheter un billet au tarif normal ». Un point sur la situation.

La SNCF souhaite augmenter le prix des billets de train achetés à bord


La Fnaut s’insurge contre un projet d’augmentation du prix des billets vendus à bord des trains

Dans un communiqué de presse paru mercredi 16 janvier 2019, la Fnaut (Fédération nationale des associations d’usagers des transports) a réclamé « le droit d’acheter un billet de train au tarif normal ». Elle dénonce le projet de la SNCF d’augmenter le tarif des billets vendus à bord des trains, projet qui a pour objectif de lutter plus efficacement contre la fraude.

En lieu et place du « tarif guichet » appliqué à bord du train lorsqu’il n’y a pas de point de vente en gare (ni guichet ni distributeur), le contrôleur appliquerait systématiquement un « tarif de bord » ou un « tarif exceptionnel » aux voyageurs n’ayant pas pu acheter leur billet avant de monter dans le train.

« C’est inadmissible. Nous voulons acheter un billet au tarif normal, sans surtaxe », réclame la Fnaut dans son communiqué. « Un usager qui n’a pas pu acheter son billet n’est pas un fraudeur ».

« Il devient de plus en plus difficile d’acheter un billet »

La Fnaut représente environ 150 associations d’usagers des transports réparties sur tout le territoire. Elle déplore les nombreuses fermetures de guichets et leur remplacement (non systématique) par des automates de vente.

« Internet et les machines délivrent des billets, mais ne résolvent pas tous les problèmes. Les machines tombent en panne. Elles n’acceptent pas l’argent liquide. Internet est encore loin de desservir tout le territoire. Tout le monde n’a pas un ordinateur ou un smartphone. Tout le monde n’a pas une carte bancaire (mineurs, personnes en difficulté) ».

L’autre canal de vente des billets, par l’intermédiaire de la plateforme téléphonique 3635, est surtaxé à hauteur de 0,40 centime par minute et ne résout pas le problème des personnes ne possédant pas de carte bancaire.

La Fnaut demande donc à la SNCF d’installer des distributeurs automatiques à bord des trains et aux régions et à la compagnie ferroviaire de mettre en place des points de vente intermodaux avant de fermer les guichets.

La SNCF pourrait vendre ses billets « chez des tiers »

« L’objectif de (la direction chargée des TER) est d’attirer toujours plus de voyageurs. Dans ce contexte, nous sommes attentifs à notre présence territoriale pour multiplier les solutions possibles de relations clients et de ventes de billets », a déclaré la SNCF à l’AFP.

« La vente à bord ou chez des tiers n’est pas un sujet tabou » et a déjà fait l’objet d’expérimentations par l’entreprise. « Elle est adaptée dans certaines circonstances et selon les régions ». « Nous travaillons à mettre en place avec les Régions des règles qui soient justes et adaptées », a-t-elle assuré.