Passées À venir

Le dispositif de vidéoverbalisation mis en place à Paris s'applique à de nouvelles infractions

Le 4 octobre dernier, la Mairie de Paris a présenté un nouveau dispositif de vidéoverbalisation des infractions routières. Une vingtaine d’agents municipaux sont chargés de contrôler le réseau de 900 caméras mis à disposition par la préfecture de police pour traquer les contrevenants au Code la route.
Sommaire

À Paris, la cohabitation est parfois compliquée entre les automobilistes, les piétons, les scooters, les cyclistes ou les bus. Les accidents impliquant les piétons et les vélos sont nombreux dans la capitale. En collaboration avec la préfecture de police, la Ville de Paris a récemment présenté son nouveau dispositif municipal de vidéoverbalisation. Dans ce nouveau centre dédié à la verbalisation à distance, une vingtaine d’agents assermentés de la mairie sont chargés de relever les infractions commises par les automobilistes. Un point sur ce nouveau dispositif.

Le dispositif de vidéoverbalisation mis en place à Paris s’applique à de nouvelles infractions


De nouvelles infractions pourront être verbalisées par vidéo

La préfecture de police pratiquait déjà la vidéoverbalisation depuis 2013. Jusqu’à présent, 12 infractions étaient concernées par le dispositif : stationnement gênant, circulation dans une voie réservée, ou encore usage du téléphone portable.

Depuis le début de l’année, 78 663 infractions ont été constatées dans la capitale, d’après les chiffres de la préfecture de police. Aujourd’hui, la circulation sur les voies réservées occupe la première place des infractions verbalisées devant le stationnement et le non-respect des feux rouges.

Mais, la vidéoverbalisation va étendre son champ d’action et punir de nouvelles infractions à distance comme le refus de priorité à un piéton. En cas d’infraction, ce sera un retrait de 6 points sur le permis de conduire et 135 € d’amende.
Autre nouveauté : si vous bloquez la circulation sur un carrefour, il sera possible de dresser un PV de 135 €.
Enfin, la circulation en sens interdit sera également verbalisable par vidéo et entraînera une amende de 135 € et un retrait de 3 points sur le permis de conduire.

La Maire de Paris veut agir « contre la délinquance routière »

La préfecture de police va garder son service dédié à la vidéoverbalisation dans lequel 22 fonctionnaires de police exercent déjà. Mais la nouveauté est que les 900 caméras de la préfecture sont maintenant mises à disposition de la Ville. Les policiers et les agents municipaux vont se répartir les tâches. Les ASP (Agents de surveillance de Paris) disposeront deux écrans. Un pour constater l’infraction avec une capture d’écran et le second pour rédiger le procès-verbal qui arrivera ensuite chez le contrevenant.

Anne Hidalgo, la Maire de Paris, est satisfaite de la création de ce nouveau dispositif, qui va « permettre d’agir plus vite, et à plus grande échelle, contre la délinquance routière et ainsi mieux protéger les usagers les plus fragiles, les piétons et les cyclistes ». « Nous avons aujourd’hui les moyens pour faire en sorte que les auteurs d’infractions soient sanctionnés », a confirmé Michel Delpuech, le préfet de police.