Passées À venir

Les mesures gilets jaunes devraient permettre une hausse du pouvoir d'achat en 2019

Suite au mouvement des gilets jaunes, le gouvernement a annoncé une série de mesures sociales et fiscales qui vont permettre une hausse moyenne du pouvoir d’achat de 0,8 %. Explications.
Sommaire

Selon une étude de l’IPP (Institut des politiques publiques) publiée mercredi 23 janvier, les mesures annoncées par le Président de la République en réponse à la « crise des gilets jaunes » vont permettre une augmentation du pouvoir d’achat des ménages en 2019 d’environ 0,8 %. En réalité, ces mesures profiteront majoritairement aux classes moyennes, pas vraiment aux personnes les plus précaires. Un point sur cette étude.

Les mesures gilets jaunes devraient permettre une hausse du pouvoir d’achat en 2019


Les classes moyennes verront leur pouvoir d’achat augmenter de 1,2 %

Selon l’IPP, ces nouvelles mesures — ont « modifié de façon importante les effets redistributifs du budget 2019 » et seront profitables à tous les ménages. Mais les avantages seront « plus importants entre le 15e et le 49e centile de niveau de vie », autrement dit pour les classes moyennes, qui gagneront environ 1,2 % de pouvoir d’achat.

Pour information, le premier centile de la population correspond aux 1 % des Français les plus pauvres tandis que le 100e centile se définit par les 1 % des ménages les plus riches.

Un cout de 10 milliards d’euros sur le budget de l’État

Les mesures fiscales et sociales annoncées comme la hausse de la prime d’activité, l’annulation des taxes supplémentaires sur le carburant qui étaient prévues pour 2019, la revalorisation du chèque énergie, l’annulation de la hausse de la CSG pour les retraités gagnant moins de 2 000 euros et la défiscalisation des heures supplémentaires représentent un cout de 10 milliards d’euros pour le budget de l’État.

Tandis que l’annulation de la hausse de la fiscalité énergétique va profiter à presque toute la population, la défiscalisation des heures supplémentaires va surtout bénéficier aux « 60 % des ménages les plus aisés », qui verront leur pouvoir d’achat croitre de 0,2 %.

La hausse de la prime d’activité ne sera pas ressentie par les personnes les plus précaires

Comme son nom l’indique, la prime d’activité s’adresse aux personnes qui génèrent des revenus d’activité à hauteur d’au moins 50 % du SMIC. Cette mesure sociale a donc pour but d’encourager ceux qui travaillent, mais ne changera rien au pouvoir d’achat des personnes sans emploi.

« Cette mesure n’affecte pas les premiers centiles », puisqu’elle concerne « les individus rémunérés au moins à la moitié d’un SMIC en équivalent temps plein » rappelle l’étude de l’IPP.