Passées À venir

Les voitures électriques devront être bruyantes pour éviter les accidents avec les piétons

Dans les zones urbaines, les voitures électriques trop silencieuses peuvent entraîner des accidents. De nouvelles règles européennes vont imposer aux constructeurs un niveau d’émission sonore minimum pour ces véhicules. Faisons le point.
Sommaire

À partir du 1er juillet 2019, une nouvelle réglementation européenne concernant les véhicules hybrides et électriques entre en vigueur. Pour obtenir une homologation, ces voitures devront émettre un certain volume sonore lorsqu’elles circulent à faible allure.

Les voitures électriques devront être bruyantes pour éviter les accidents avec les piétons


Un risque de collision plus élevé avec les piétons

Le but est d’avertir les piétons — parfois distraits — lorsqu’une voiture électrique est en approche et ainsi éviter les collisions. De nombreux citadins sont effectivement habitués à entendre le bruit des moteurs thermiques.

Aux États-Unis, un rapport de l’agence fédérale en charge de la sécurité routière (NHTSA) avait montré que, pour les piétons, le risque d’accident avec un véhicule électrique était 19 % plus élevé qu’avec une voiture à moteur thermique.

Un volume sonore d’au moins 56 décibels en dessous de 20 km/h

Dorénavant, pour pouvoir être homologués, les véhicules électriques ou hybrides devront émettre un volume sonore d’au moins 56 décibels lorsqu’ils circulent à moins de 20 km/h, c’est-à-dire le bruit d’un lave-vaisselle.

En moyenne, les véhicules à moteurs thermiques émettent un volume sonore qui avoisine les 65 décibels. À grande vitesse, le son des véhicules thermiques et électriques est quasiment le même. Le son de roulement se cumule aux sons aérodynamiques pour couvrir ceux engendrés par la mécanique.

Ce nouveau signal sonore pour les véhicules électriques — hors scooters qui eux ne sont pas concernés par la mesure — sera laissé à l’appréciation des constructeurs.

Renault fait figure de pionnier

Les constructeurs s’attellent déjà à cette tâche depuis quelques années. La Zoé, fabriquée par Renault, s’est déjà alignée sur les futures règles européennes. Le constructeur français fait figure de pionnier en la matière. Par l’intermédiaire d’un haut-parleur installé dans le moteur, trois bruits peuvent être émis, au choix, par le véhicule : clinquant, sportif ou neutre.