Passées À venir

Les nouvelles mesures pour encourager l'achat d'une voiture électrique

Depuis quelques années, le secteur automobile est au cœur de profondes mutations. Le gouvernement a décidé de mettre en œuvre plusieurs mesures pour encourager, en France, la croissance des véhicules électriques. Passage en revue de ces mesures.
Sommaire

Face aux transformations de la filière automobile, de plus en plus tournée vers des véhicules électriques et autonomes, mais aussi face à la baisse des ventes de diesel, le gouvernement et les constructeurs ont décidé de réagir. Le 13 février dernier, le président de la République a reçu un rapport sur le secteur automobile qu’il avait commandé à Patrick Pélata, ex-directeur général de Renault, et à Xavier Mosquet de la société de conseil BCG (Boston Consulting Group). Quelles mesures contient cette étude ?

Les nouvelles mesures pour encourager l’achat d’une voiture électrique




La création d’un consortium européen pour produire des batteries

L’État français veut créer un consortium centré sur la recherche et à la production de batteries. Celui-ci serait financé par l’Europe : la France investirait 700 millions d’euros et l’Allemagne participerait à hauteur de 1 milliard d’euros.

« En tant que président de la France, je ne peux pas être satisfait d’une solution où 100 % des batteries de mes voitures électriques sont produites en Asie », a déclaré Emmanuel Macron.

Augmenter le nombre de points de recharge

Actuellement, dans l’hexagone, on dénombre 10 000 stations de recharge dont 1 300 se trouvent en région parisienne. Chacune possède plusieurs prises, soit 25 000 points de recharge au total. Cela correspond à une prise pour 8 véhicules, alors que la Commission européenne préconise une prise pour 10 véhicules.

Le gouvernement souhaite étendre le réseau à 35 000 stations, ce qui représente environ 100 000 prises de recharge.

Objectif : 1 million de véhicules électriques ou hybrides en 2022

L’une des principales mesures sera la mise en œuvre, dès 2019, d’un système de bonus écologique.

Dans l’hexagone, à la fin de l’année 2018, on dénombrait 207 000 véhicules électriques et hybrides rechargeables. Le but est d’atteindre 1 million en 2022 et 16 millions en 2035, avec à cette date, une prime à l’achat pour les véhicules électriques par rapport au thermique.



Des délais d’autorisation réduits pour installer une borne

90 % des recharges de véhicules sont effectués au domicile et au travail. Ainsi, le délai d’autorisation d’installation d’une station au sein d’une copropriété va être réduit, passant de 6 mois à 3 mois.

Par ailleurs, le dispositif Advenir, qui permet de profiter d’aides financières, sera toujours en vigueur. Depuis 2016, près de 6 000 projets en ont bénéficié.

Plus de souplesse dans les entreprises pour la recharge des véhicules

Actuellement, recharger son véhicule électrique sur son lieu de travail entre dans la catégorie des avantages en nature et doit faire l’objet d’une déclaration. L’entreprise peut le facturer mensuellement à son employé.

Dans les prochaines semaines, un décret devrait offrir la possibilité aux entreprises de ne plus considérer cela comme un avantage en nature. Le coût de la recharge pourra être nul ou calculé sous forme de forfait.

Bonus écologique maintenu

Aujourd’hui, l’État verse une prime de 6 000 € pour l’achat ou la location longue durée d’une voiture électrique neuve. Révisé tous les ans, le montant de ce bonus écologique devrait être maintenu, au moins jusqu’en 2022.

Gratuité du stationnement dans certains parkings

D’autres mesures visent à encourager la croissance des véhicules électriques comme la gratuité du stationnement dans certains parkings réservés aux voitures électriques, mais aussi des voies de circulation prioritaires ou dédiées. « Ces dispositifs ont été efficaces en Californie, aux Pays-Bas ou en Norvège », souligne Xavier Mosquet.

De plus, l’État entend aussi être exemplaire dans le domaine. Actuellement, les véhicules électriques représentent 15 % des commandes étatiques. Le gouvernement veut augmenter cette part à 50 % dans les trois années qui viennent.