Passées À venir

Malgré la hausse du prix des péages à partir du 1er février, les automobilistes réguliers bénéficieront d'une réduction de 30 %

Chaque année, le prix des péages augmente. Au vu du contexte actuel, et après discussion avec l’État, les sociétés d’autoroutes ont pris une mesure en faveur des usagers qui empruntent régulièrement le réseau autoroutier.
Sommaire

Les contrats signés entre les sociétés d’autoroutes et l’État prévoient, chaque année, une hausse régulière du prix des péages pour suivre l’inflation et financer des travaux sur le réseau. Au 1er février 2019, l’augmentation prévue est, en moyenne, de 1,8 % à 1,9 %. Cette réévaluation des tarifs intervient à un moment particulièrement sensible, en pleine vague du mouvement de protestation des « Gilets jaunes ». Malgré le contexte actuel, le gouvernement n’a pas réussi à obtenir des sociétés d’autoroutes une stabilité des tarifs des péages. Cependant, elles ont tout de même pris une mesure destinée aux automobilistes qui fréquentent régulièrement les réseaux autoroutiers. Ces derniers bénéficieront, grâce à un nouvel abonnement, de 30 % de rabais au bout de dix allers-retours mensuels.

Malgré la hausse du prix des péages à partir du 1er février, les automobilistes réguliers bénéficieront d’une réduction de 30 %


Prendre en compte des « préoccupations des Français sur le pouvoir d’achat »

Élisabeth Borne, la ministre des Transports souhaitait que les sociétés d’autoroutes comme la Sanef, Vinci Autoroutes, ou les Autoroutes Paris-Rhin-Rhône modèrent leur hausse afin de « prendre en compte les préoccupations des Français sur le pouvoir d’achat ».

La ministre est plutôt satisfaite des résultats des négociations. « Nous avons eu des discussions intenses ces derniers jours et nous sommes parvenus aujourd’hui à un effort très significatif de la part des sociétés concessionnaires. (...) C’est un effort très conséquent de plusieurs dizaines de millions d’euros », a précisé la ministre des Transports.

Faire baisser le poids du transport dans le budget des Français

Élisabeth Borne estime que « c’est un effort inédit, parce qu’il est supporté entièrement par les sociétés concessionnaires sans aucune contrepartie, sans aucune compensation d’autres usagers ni aujourd’hui ni demain, et sans aucune compensation de l’État ».

Avec ces nouveaux abonnements, un conducteur qui effectue 10 allers-retours mensuels verra le coût de ses péages baisser de 30 % environ. Ces nouveaux tarifs ont pour but d’alléger le coût des trajets de la vie quotidienne des Français.

Des abonnements disponibles à partir du 1er février 2019

Concrètement, ces abonnements seront disponibles à partir du 1er février pour tous les automobilistes qui font régulièrement le même trajet entre deux lieux, et ce sans limite de distance.

Prévus pour les particuliers, automobilistes et motards, ces abonnements préférentiels complètent les offres locales déjà existantes pour les liaisons domicile-travail dans les zones périurbaines. Les conducteurs profitant déjà des formules locales à prix réduit peuvent les garder ou opter pour les nouveaux abonnements.



Un abonnement au tarif plafonné

Ces abonnements seront parfois payants, mais le tarif aura un plafond fixé à 2,50 € par mois. « Il y a potentiellement près d’un million de Français qui sont concernés par cette offre sur l’ensemble du réseau », a expliqué la ministre des Transports.

La ministre des transports opposée à une renationalisation des autoroutes

Plusieurs sociétés d’autoroute auraient aimé allonger la durée des concessions contre un gel des tarifs, mais ce n’est pas l’option qui a été retenue par le gouvernement. La ministre était aussi opposée à une stabilité des tarifs qui serait récupérée plus tard.

Pour finir, Élisabeth Borne a rejeté toute idée de renationalisation des compagnies d’autoroutes. « S’il faut renationaliser, aujourd’hui c’est 50 milliards, et je pense que vous comprendrez que nous n’avons pas 50 milliards d’euros », a-t-elle indiqué.