Passées À venir

Micro-ondes, grille-pains, bouilloires : le petit électro-ménager est nocif pour l'environnement

Le petit électroménager est aujourd’hui reconnu comme nuisible pour l’environnement de par son utilisation, mais aussi en raison de ses méthodes de fabrication. Des chiffres alarmants nous démontrent que ces produits rejettent des millions de tonnes de CO2 dans notre atmosphère. Comment faire pour y remédier ?
Sommaire

Les gros appareils électroménagers tels que les fours, les radiateurs, les lave-linges en passant par les chauffe-eaux demandent une grande quantité d’énergie. À côté d’eux, nous trouvons le petit-électroménager, comme les micro-ondes, les grille-pains, les bouilloires... qui eux aussi ont besoin pour fonctionner d’une certaine quantité d’énergie. Ils ont donc un impact significatif sur l’environnement, notamment car la majeure partie des foyers en sont équipés. Des études montrent également qu’ils sont souvent utilisés de façon excessive.

Micro-ondes, grille-pains, bouilloires : le petit électro-ménager est nocif pour l’environnement



Micro-ondes, sèche-cheveux et bouilloires : quel impact sur l’environnement en quelques chiffres ?

La plupart des Français possèdent un micro-onde et un grille-pain. Sachez qu’au sein de l’Union européenne, on ne compte pas moins de 130 millions de micro-ondes. Ces millions de petits appareils électro-ménagers rejettent près de 7,7 millions de tonnes de CO2 dans notre atmosphère. Cela représente 8 millions de véhicules en circulation selon une étude de Science of the Total Environnement.

En plus des micro-ondes, 150 millions d’aspirateurs, 144 millions de bouilloires et plus de 100 millions de sèche-cheveux sont utilisés en Europe. Selon Alejandro Gallego-Schmid, chercheur à l’Université de Manchester, tous ces appareils laissent une empreinte carbone sur notre planète. L’énergie nécessaire pour les faire fonctionner est en partie produite par la combustion de fossiles. En effet, en Europe, 40 % de l’électricité vient du charbon et du gaz. À l’échelle mondiale, ce chiffre monte à 70 %.

Comment réduire leur impact sur l’environnement avec des gestes simples ?

Il est possible de réduire l’impact de ces petits électroménagers grâce à des gestes et des réflexes simples à mettre en place. Par exemple, lorsque nous faisons chauffer de l’eau, nous utilisons en moyenne 50 % d’eau en trop pour nos besoins. Selon le chercheur Gallego-Schmid, « Avec 144 millions de bouilloires dans l’Union européenne, la marge de progrès est énorme ».

En ce qui concerne les micro-ondes, nous avons tendance à les faire tourner trop longtemps pour réchauffer un plat. Pour cela, il existe des appareils micro-ondes dotés de régulateurs pour limiter leur puissance, mais aussi pour réguler leur consommation énergétique.

Par ailleurs, une nouvelle règlementation est entrée en vigueur pour modérer l’énergie produite par les aspirateurs. Par conséquent, les aspirateurs qui consomment une très grande énergie ont été interdits au sein de l’UE.

Un quart de CO2 émis par ces appareils est dû à leur fabrication. Cela souligne l’importance de réguler l’usage que l’on fait des ressources utilisées pour la fabrication de ces produits. La gestion de l’élimination de ces petits électro-ménagers est également à prendre en considération. En effet, de nombreux appareils sont souvent retrouvés en état de marche ou réparables dans les décharges. Il apparait donc important de tenter de les réparer et de les recycler pour éviter d’utiliser d’autres ressources à la fabrication de produits électro-ménagers neufs.