Passées À venir

Paquets à moitié vides et suremballage : la CLCV dénonce les pratiques des industriels

Fruits secs, biscuits, céréales, saucisses… De nombreux emballages sont remplis en grande partie de vide alors que d’autres sont suremballés, dénonce la CLCV.
Sommaire

Publiée au Journal officiel le 11 février 2020, la loi anti-gaspillage a notamment fixé un objectif de réduction des emballages plastiques. Pourtant, 2 ans et demi plus tard, des efforts de sobriété restent indispensables, selon l’association de consommateurs CLCV. En effet, dans une étude publiée ce jeudi 22 septembre, elle dénonce certaines « pratiques problématiques ».

Paquets à moitié vides et suremballage : la CLCV dénonce les pratiques des industriels

Jusqu’à 55 % de vide dans certains paquets

En tout, la CLCV a étudié les emballages de 252 produits alimentaires commercialisés dans 9 enseignes entre la fin du mois de février et la mi-mai 2022. Et le constat pour certains produits est alarmant : les paquets d’amandes, de graines d’avoine et de ravioles contiennent 55 % de vide.

Et ce n’est guère mieux si vous achetez des lardons, des amandes non grillées (50 % de vide) ou des lentilles, du riz et des pois cassés, de l’acras de morue, des céréales et des émincés de saumon fumé (45 % de vide).

Le suremballage, autre pratique problématique des industriels

Par ailleurs, l’association de consommateurs déplore également un autre problème : le suremballage. Certaines pizzas sont commercialisées avec « une plaque carton et emballées de plastique », note-t-elle. De même, les clients peuvent toujours s’offrir des boîtes de confiseries entourées « de blisters plastiques », regrette-t-elle.

Dans son étude, la CLCV rappelle aussi que depuis le début de l’année, de nombreux fruits et légumes doivent être vendus « sans emballage ni étiquette plastique ». Pourtant l’association a constaté qu’en avril 2022, les légumes et les fruits emballés restaient toujours « très nombreux en rayons ».

Pour la CLCV, les Français doivent privilégier le vrac

Alors, face à ces constats, la CLCV demande aux Français de changer leurs pratiques, en privilégiant les produits qui ne sont pas suremballés, en optant pour le vrac, en réutilisant les emballages si c’est possible ou encore en évitant les emballages en portions.

De plus, elle somme les pouvoirs publics à agir en renforçant les dispositifs de tri dans les lieux publics afin de capter les canettes, les emballages de sandwich et autres emballages nomades. Et pour améliorer la collecte, elle demande également aux autorités de « mettre en place des actions de pédagogie » à destination des consommateurs.

En tout, selon les chiffres de 2020 de l’organisme Citeo, 1,1 million de tonnes d’emballages en plastique sont commercialisées chaque année. Le taux de recyclage est de 29 %.


 

Redacteur
Olivier

D’un naturel curieux, aimant écrire et féru d’actualité, je me suis rapidement orienté vers la rédaction web. Après un détour par la PQR (presse quotidienne régionale), me voici désormais sur démarches administratives, avec toujours la même envie : celle de vous informer le mieux possible.