Passées À venir

Petits déjeuners gratuits à l'école et cantine à 1 euro : Une expérimentation réussie

Depuis 2019, les écoles volontaires des zones prioritaires offrent aux élèves les plus précaires un petit déjeuner gratuit le matin et proposent un repas à la cantine pour 1 euro. Cette expérimentation a engendré des résultats positifs, et sera donc étendue à tout le territoire. Le point dans cet article.
Sommaire

Dans les zones REP (Réseau d’éducation prioritaire), 13 % des élèves de maternelle et de primaire arrivent en classe sans avoir pris de petit déjeuner, ce qui engendre de la fatigue, un manque d’énergie et donc des difficultés à se concentrer jusqu’au repas du midi. En 2019, les écoles volontaires ont assuré une distribution gratuite de petits déjeuners et proposé les repas de la cantine à 1 euro pour les enfants issus de familles précaires. Fort de cette expérimentation réussie, le gouvernement souhaite désormais étendre ce dispositif et en augmenter le nombre de bénéficiaires.

Petits déjeuners gratuits à l’école et cantine à 1 euro : Une expérimentation réussie


Un bilan positif pour les petits déjeuners gratuits et la cantine à 1 euro

Dans un communiqué commun paru dimanche 23 février, Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Éducation nationale et Christelle Dubos, la secrétaire d’État aux Solidarités se sont réjouis des « bons résultats de la mise en place en 2019 de deux mesures phare de la Stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté, présentée par le président de la République en septembre 2018 ».

110 000 élèves de maternelle et de primaire en REP ont pu bénéficier de petits déjeuners gratuits à l’école, et 8 000 enfants de communes rurales précaires ont pu manger à la cantine pour 1 euro par repas. « C’est un vrai succès ! », a déclaré Mme Dubos au Journal du Dimanche.

Des objectifs étendus pour 2020

En raison de la réussite de cette expérimentation menée sur la base du volontariat, le gouvernement souhaite désormais l’étendre à tout le territoire en 2020 dans les REP, REP+, communes rurales pauvres et quartiers modestes de certaines villes.

L’objectif est de doubler le nombre d’enfants bénéficiaires de petits déjeuners gratuits, passant alors à 200 000 élèves, avec un budget alloué de 12 millions d’euros (multiplié par 2 par rapport à 2019).

En ce qui concerne la cantine à 1 euro par repas, « l’objectif est que 40 000 élèves en bénéficient dès 2020 », a annoncé le ministre de l’Éducation nationale au JDD.

La cantine à 1 euro plus difficile à mettre en place

Comme l’a expliqué l’entourage de la secrétaire d’État aux Solidarités, le système de la cantine à 1 euro a été plus compliqué à mettre en place : « Il a fallu convaincre et écouter les élus locaux », car le financement par l’État d’une partie des repas impose que la commune adopte un système de tarification comportant au moins 3 tranches, dont la plus basse est de 1 euro maximum par repas pour les enfants des familles les plus précaires. « À la fin de l’année, on a constaté une accélération de la mise en place de la cantine à un euro ».