Passées À venir

Piratage de comptes fiscaux : La DGFiP renforce l'accès au site impots.gouv.fr

La DGFiP (Direction générale des finances publiques) a révélé que 2 000 comptes de contribuables ont été piratés fin juin 2019. Le point sur la situation.
Sommaire

« Chez nous il n’y a rien à voler », a expliqué à l’AFP un agent de la DGFiP, pour rassurer les déclarants en ligne après le piratage de 2 000 comptes fiscaux. Quelles en ont été les conséquences ?

Piratage de comptes fiscaux : La DGFiP renforce l'accès au site impots.gouv.fr


Un piratage sans conséquence

Ne pas sécuriser correctement sa boîte mail peut avoir des conséquences. Cela a notamment permis le piratage de quelque 2 000 déclarations de revenus en ligne à la fin du mois de juin.

En cause, des mots de passe trop « faibles ». Les hackers ont ainsi réussi à s’introduire dans les boîtes mail de plusieurs utilisateurs et à récupérer leur identifiant fiscal. En cas de perte, ce numéro à 13 chiffres peut en effet être envoyé par voie électronique.

Cette cyberattaque n’a pas eu de conséquences. Les pirates auraient seulement ajouté des informations dans les cases crédits et réductions d’impôts des contribuables et remplacé leurs données bancaires par de fausses.

« Une vague inhabituelle de renouvellement de mots de passe de plusieurs espaces particuliers sur impots.gouv.fr » a alerté la DGiP et leur a permis de repérer le piratage. Les comptes concernés ont immédiatement été bloqués et les contribuables concernés avertis par téléphone ou par courrier.

Renforcement de la sécurité sur le site impots.gouv.fr

Suite à cet incident, l’administration fiscale a porté plainte. Elle a aussi alerté les entreprises qui offrent des services de boîte de réception électronique. La DGFiP rappelle par ailleurs à chacun la nécessité de bien sécuriser l’accès à leur boîte mail en choisissant un mot de passe qui offre un haut niveau de sécurité.

De plus, dès la fin août, les contribuables devront entrer leur date de naissance pour accéder à leur espace personnel. L’administration fiscale envisage aussi « l’envoi d’un code par SMS ou l’application d’un système biométrique comme le suggère l’UE » pour mieux protéger l’accès à son site à l’avenir.

Veillez également à ne pas répondre à des emails frauduleux qui semblent provenir de la DGFiP et qui vous invitent à laisser vos coordonnées bancaires ou vos numéros de carte bleue pour obtenir un remboursement. Il s’agit d’une tentative d’escroquerie.