Passées À venir

Prime à la conversion, aide à l'achat... : ce qu'il faut retenir du plan de relance de l'automobile

Mardi 26 mai 2020, le Président de la République Emmanuel Macron a annoncé un plan de relance pour l’industrie automobile en 3 volets lors de sa visite de l’usine de l’équipementier automobile Valéo, à Étaples dans le Pas-de-Calais. Le point sur les mesures annoncées dans cet article.
Sommaire

Le chef de l’État vient d’annoncer une série de mesures pour soutenir l’industrie automobile qui a beaucoup souffert de la crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19. Ce plan misera sur une augmentation des primes écologiques, des aides pour financer notamment le chômage partiel des salariés du secteur, et des subventions aux entreprises pour soutenir la production de véhicules sur notre territoire.

Prime à la conversion, aide à l'achat... : ce qu'il faut retenir du plan de relance de l'automobile


8 milliards d’euros d’aides au total pour le secteur automobile

Le Président de la République a annoncé des mesures qui relèvent selon lui, d’« un plan historique, face à une situation historique que notre pays va avoir à affronter. »

Au total, ce seront 8 milliards d’euros qui vont être débloqués pour soutenir le secteur automobile. 1 milliard d’euros seront alloués à la hausse de la prime à la conversion et des bonus écologiques pour l’achat de véhicules neufs, pour permettre d’écouler les 500 000 véhicules déjà produits qui ont dû être stockés depuis le début du confinement.

Encourager les Français à acquérir un véhicule écologique

Le chef de l’État a annoncé l’augmentation de la « prime électrique », sans condition de ressources : elle passe de 6 000 à 7 000 euros pour les particuliers et de 3 000 à 5 000 euros pour les entreprises et les collectivités. On pourra désormais bénéficier d’une prime de 2 000 euros pour les véhicules hybrides rechargeables.

La prime à la conversion pour l’achat d’un véhicule récent (neuf ou d’occasion) sera de 3 000 euros (5 000 euros pour l’acquisition d’un véhicule électrique), à condition d’avoir un revenu fiscal de référence inférieur à 18 000 euros net.

Les deux primes sont cumulables. Ce sont donc jusqu’à 12 000 euros de bonus écologiques qui pourront être débloqués pour l’achat d’un véhicule électrique. « Ce dispositif exceptionnel sera disponible dès le 1er juin pour les 200 000 premiers véhicules vendus dans ce cadre, pour un effort global de plus d’un milliard d’euros », a précisé Emmanuel Macron.

Pour permettre une transition rapide vers des véhicules neufs plus verts, l’objectif de déployer « 100 000 bornes électriques » sur le territoire a été ramené à 2021, au lieu de ce qui était initialement prévu, c’est-à-dire en 2022.

« Aucun autre pays européen n’a un système aussi ambitieux pour les véhicules électriques et hybrides », a assuré Emmanuel Macron.

Produire en France les véhicules du futur

Le chef de l’État a justifié ces investissements records en assurant que « c’est dans notre pays que le véhicule propre qui équipera l’Europe et le monde dans les années à venir s’inventera et se produira ».

Des millions d’euros seront investis à de multiples niveaux dans le secteur automobile pour soutenir équipementiers, sous-traitants et constructeurs, mais aussi pour développer la recherche et l’innovation.



Des garanties pour les salariés

La sauvegarde des emplois est aussi au cœur de ce plan de relance. Le chef de l’État a assuré que des négociations étaient en cours entre le constructeur Renault, les syndicats et les élus concernés pour trouver des solutions et discuter de l’avenir des sites qui ont beaucoup souffert ces derniers mois comme à Maubeuge et à Douai.

« L’État au total apportera plus de 8 milliards d’euros d’aides au secteur. Les constructeurs ont pris en contrepartie une série d’engagements forts, qui consistent à relocaliser la valeur ajoutée en France, et à maintenir la totalité de la production industrielle sur nos sites. », a conclut le Président de la République.