Passées À venir

Puces RFID dans les masques : à quoi servent-elles ?

La présence de puces RFID dans certains masques a suscité la polémique auprès des consommateurs. Quelle est leur fonction ?
Sommaire

L’inquiétude au sujet des puces RFID s’est révélée sur les réseaux sociaux. Le vendredi 14 août 2020, un auditeur de France Inter a profité de la présence du directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, pour lui poser des questions à ce sujet. Contredisant les rumeurs, celui-ci lève le voile sur la nature de ces puces.

Puces RFID dans les masques : à quoi servent-elles ?


La technologie RFID

Le sigle RFID, de l’anglais radio frequency identification, désigne la radio-identification, une technologie permettant de récolter des données à distance. Elle existe déjà depuis de nombreuses années et fonctionne par l’intermédiaire d’une « radio-étiquette » placée sur des objets.

En effet, elle est utilisée en remplacement du code-barres dans des chaînes de magasins comme Decathlon, ou pour la traçabilité du linge dans les hôpitaux. Ainsi, l’objectif de cette technologie est de fournir des informations sur un objet, et non pas sur son utilisateur.

Les masques concernés par les puces RFID

Les masques mis en vente dans le commerce ne comprennent pas de puces RFID. Elles sont surtout présentes dans des modèles réutilisables en tissu commandés par les entreprises. La diffusion sur le marché reste donc minoritaire.

UBI Solutions, leader français des solutions RFID, propose aux entreprises le modèle Connected Mask. Il s’agit d’une alternative aux masques jetables, avec la possibilité de les réutiliser entre 30 et 60 fois après nettoyage. Par ailleurs, sa technologie enregistre les lavages effectués, afin de ne pas dépasser le nombre prescrit.

Contrôler le nombre de lavage

La puce contenue dans le masque est reliée à une application sur smartphone, qui vous renseigne directement sur le nombre de lavage. L’efficacité du masque est alors vérifiée, de même que le respect des normes fixées par l’Agence française de normalisation (Afnor).

Ces données s’avèrent donc utiles aux entreprises pour garantir la sécurité des employés sur leur lieu de travail. Selon Ubi Solutions, 3 000 masques jetables pourraient être remplacés par 100 masques lavables.