Passées À venir

Réduire les accidents cardiovasculaires grâce à une multi pilule

Une étude indique qu’une multi pilule quotidienne pourrait réduire d’un tiers les risques de maladies cardiovasculaires chez les personnes âgées. Explications.
Sommaire

Publiée le 23 août dernier, une étude met en lumière la « polypill », une pilule multi-usage qui réduirait les risques de maladies cardiovasculaires d’un tiers, chez les personnes d’âge mûr. Elle combinerait un médicament contre l’hypertension, un contre le cholestérol, ainsi que de l’aspirine.

Réduire les accidents cardiovasculaires grâce à une multi pilule


Une vieille découverte remise au goût du jour

Il y a une vingtaine d’années, cette « superpilule » avait déjà été le fruit d’une idée bien avancée. Pour autant, son efficacité n’a pu être officialisée par le biais d’une étude à grande échelle, dont les résultats ont été publiés par la revue médicale The Lancet le 23 août 2019.

Cette étude a été réalisée sur une population rurale turkmène d’Iran de 7 000 personnes. Quasiment la moitié des sujets étaient des femmes et tous étaient âgés de 50 à 75 ans sans antécédent cardiovasculaire. Ils ont pris la polypill et un tirage au sort a fait profiter certains sujets de conseils d’hygiène de vie (activité physique, mode de vie plus sain, etc.) ou de conseils plus basiques. Les sujets ont été assez assidus : environ 63 % des personnes de l’étude ont pris leur pilule 70 % du temps, ce qui était recommandé pour que les résultats obtenus soient probants.

Selon Gholamreza Roshandel et ses collègues de l’université des sciences médicales de la province iranienne du Golestan, la polypill administrée contenait une faible dose d’un diurétique contre l’hypertension appelé hydrochlorothiazide (12,5 mg), de l’énalapril (5 mg), ainsi que de l’atorvastatine, un anticholestérol (20 mg) et enfin, de l’aspirine (81 mg).

Les résultats obtenus

En comparant les personnes n’ayant reçu que des conseils sur l’hygiène de vie avec ceux ayant pris la polypill, les accidents cardiovasculaires chez les sujets sous multi pilule ont chuté de 34 % en moyenne.

Après 5 ans de traitement, 40 % des sujets ont pu éviter les accidents cardiovasculaires. 20 % des patients déjà atteints ont pu résorber leurs problèmes de santé.

À noter que ces effets ont été observés, quels que soient le sexe et l’âge des patients.

La composition de la multi pilule peut varier

En fonction des gens, la composition de la pilule peut varier. En effet, elle peut tenir compte des différents traitements déjà pris par les patients. Cette différence fait chuter les performances de la multi pilule à 22 % contre les 34 % observés. Mais pour autant, l’étude du Lancet se veut optimiste.

Cependant, cette étude ne peut être généralisée à toutes les civilisations. De nouvelles études vont pouvoir déterminer si la prise de la polypill est aussi efficace qu’une prise de plusieurs traitements similaires, et ce, sur du long terme. De même les sujets seront issus de plusieurs pays différents pour rendre les résultats plus plausibles.



Les bienfaits d’un tel traitement

Outre les résultats plutôt encourageants, la polypill serait un moyen de rendre accessible un traitement efficace aux personnes les plus en difficulté financièrement. En effet, sur les 18 millions de personnes succombant à des maladies cardiovasculaires dans le monde chaque année, plus des trois quarts vivent dans des pays fragiles ou en voie de développement.

Un tel traitement pourrait alors permettre aux Nations Unies d’atteindre leur objectif de réduire d’un tiers le taux de mortalité prématuré causé par les maladies cardiovasculaires dans le monde, d’ici 2030.