Passées À venir

Soldes d'été 2018 : un bilan mitigé

La coupe du monde de football et la canicule ont-ils stimulé les ventes au moment des soldes d’été ? À la fin de cette période de promotion, quel bilan peut-on en tirer ?

Les soldes d’été 2018 se sont terminés mardi 7 aout pour la plupart des régions et les commerçants dressent un bilan mitigé de cette période de promotions. Un point sur la situation.

Soldes d’été 2018 : un bilan mitigé


La canicule : avantage ou inconvénient ?

Tous les commerçants ne sont pas du même avis concernant les fortes chaleurs relevées depuis le début de l’été en France. Pour les boutiques de prêt-à-porter, le beau temps et la canicule ont plutôt contribué à la vente de la collection légère printemps-été, tout en déplorant parfois que les clients achètent seulement des « petites pièces ».

Dans certaines régions et pour certains secteurs d’activités, les chaleurs écrasantes ont pu décourager certains consommateurs de faire du shopping, notamment dans les centres-ville.

Pour ceux qui n’avaient pas atteint leurs objectifs en termes de chiffres à la fin de ces 6 semaines de soldes, un « effet coupe du monde », décuplé par les victoires successives de l’équipe de France a pu engendrer une baisse de fréquentation dans les boutiques, certains acheteurs ayant préféré rester chez eux à regarder les matchs devant la télévision.

Chiffre d’affaires : un bilan mitigé

« Plus de la moitié des commerçants disent aujourd’hui qu’ils ont fait un chiffre d’affaires inférieur à celui de l’année dernière à la même époque », a confirmé mardi matin sur France Info Daniel Kling, président de la Chambre de commerce et d’industrie de la région Paris-Ile-de-France.

Beaucoup de commerçants trouvent qu’étaler les soldes sur une durée de 6 semaines est trop long et qu’en dépit du fait que les promotions attirent les clients les 2 premières semaines, l’engouement est de courte durée, les consommateurs sont vite dans l’attente de nouveauté et attendent déjà la nouvelle collection.

Suite aux concertations qui ont d’ailleurs eu lieu à ce sujet, l’année prochaine, les 2 périodes annuelles de soldes seront ramenées à 4 semaines au lieu de 6, et ce, dès les prochaines soldes d’hiver qui auront lieu en janvier 2019.

Tous les commerçants déplorent la concurrence du commerce en ligne

Un point sur lequel tout le monde semble d’accord, c’est que les magasins connaissent une baisse de fréquentation générale depuis quelques années en raison du développement du e-commerce. De plus, les promotions ponctuelles du type « Black Friday » accentuent encore ce phénomène.

À cause de la multiplication des offres promotionnelles tout au long de l’année, le client perd l’attrait des soldes alors qu’en théorie c’est quand même le moment où l’on peut faire les meilleures affaires. M. Kling a d’ailleurs expliqué que les soldes, « c’est la seule période de l’année où le commerçant peut vendre à perte... Tout le reste, ce sont des opérations de promotion qui sont intéressantes, mais ça ne correspond pas aux mêmes prix, parce que les soldes, c’est le seul moment où il est possible de vendre en dessous du prix donc avec des conditions exceptionnelles pour le consommateur ».

En outre, selon la CCI de la région Paris-Ile de France, 83 % des commerçants se déclarent toujours attachés à ce rendez-vous bisannuel.