Passées À venir

TGV entre Paris et l'arc atlantique : une panne à Montparnasse jeudi 31 janvier

La SNCF demande aux voyageurs ayant prévu de se déplacer jeudi 31 janvier en TGV entre Paris et l’arc Atlantique de reporter leur trajet suite aux incidents qui ont provoqué de grands retards à Montparnasse. La gare Montparnasse est à sa quatrième grande panne au cours des 18 derniers mois.
Sommaire

Cette demande de report de la SNCF vise les voyageurs ayant prévu de prendre le train jeudi entre Paris et les régions Bretagne, Pays de la Loire et le Sud-Ouest de la France. La SNCF les invite à décaler leur trajet à demain vendredi 1er février. Certains trains ont été reportés sur la gare d’Austerlitz. Un point sur la situation.

TGV entre Paris et l’arc atlantique : une panne à Montparnasse jeudi 31 janvier


TGV du Sud-Ouest

Tous les TGV du Sud-Ouest (Tours, La Rochelle, Poitiers, Bordeaux et au-delà) ont été transférés sur la gare de Paris
Austerlitz dans l’après-midi, à 30 minutes de la gare Montparnasse.

La ligne de bus 91 est renforcée entre les deux gares.

Trains Ouigo et TGV à destination de la Bretagne

Tous les trains Ouigo ou tous les autres TGV à destination de la Bretagne et des Pays de la Loire « demeurent départ et arrivée Paris Montparnasse », a indiqué un porte-parole.

Le trafic TGV était fortement impacté depuis jeudi matin avec des retards de 4 heures sur certains trains.

Panne électrique : des retards allant de 40 minutes à 4 heures

Un incident électrique a eu lieu à 8H45 en Gare de Montparnasse, entrainant une interruption des circulations sur deux voies. L’alimentation a été rétablie 15 minutes plus tard.

Puis, de nouveaux problèmes électriques sont arrivés à la mi-journée. « On a encore des alimentations électriques qui disjonctent », a précisé à l’AFP un porte-parole de la SNCF.

"Ça redémarre depuis le début d’après-midi, mais on a beaucoup de trains à faire passer, des trains qui étaient en arrêt, en attente, dans les gares du Mans, Laval, Angers, Sablé-sur-Sarthe, à Nantes aussi, et là on ne peut plus envoyer d’autres trains pour l’instant, tant que ceux qui sont à droite, à gauche ne sont pas arrivés à bon port, d’où un certain nombre de suppressions", a ajouté une porte-parole dans les Pays de la Loire. "L’objectif c’est surtout d’acheminer les gens qui sont arrêtés dans les différentes gares", a-t-elle insisté.



Des usagers désabusés

" J’ai reçu un texto on m’a dit +débrouillez-vous, vous serez remboursée, mais débrouillez-vous+", soupire Yveline
Bayard, une retraitée de 56 ans en partance pour Nantes, en montrant sur son écran de téléphone le message de la SNCF indiquant "Nous ne sommes pas en mesure de vous proposer de solution alternative de voyage". "Comme c’est pas la première fois, on s’interroge quand même. On se demande comment c’est possible!", s’impatiente-t-elle.

Quelques mètres plus loin, Nolwenn Jouknand, étudiante de 22 ans, est démoralisée, assise sur sa valise : "Mon train a été annulé, on me dit de prendre le 15H57, mais il a déjà 1 heure 30 de retard... Surtout qu’il fait froid".

Puis, Margaux Flirte, étudiante de 19 ans se dit "blasée" : "Encore, ç’aurait été à cause de la neige! Mais là..."

Un retour à la normale vendredi matin

Le plan de circulation des TGV fera l’objet de "quelques petites adaptations en tout début de matinée" avant un rétablissement complet.

La SNCF va mettre en place des rames doubles pour regrouper certains trains, a indiqué un porte-parole à l’AFP, indiquant que chaque voyageur concerné a été informé.