Passées À venir

Trop de colorants alimentaires sur certains macarons

Des colorants de type E300, E124, E129, etc., ont été repérés en trop grande quantité dans des macarons par la DGCCRF. L’utilisation de ces colorants est strictement encadrée, car leur ingestion en trop grande quantité peut avoir des effets néfastes sur la santé, mais les professionnels de la pâtisserie en abusent parfois. Le point dans cet article.
Sommaire

Suite à une enquête menée par la DGCCRF (Direction Générale de la Consommation, de la Concurrence et de la Répression des Fraudes) et des analyses du SCL (Service commun des laboratoires), il a été observé une utilisation abusive de colorants dans des pâtisseries de type macarons jusqu’à parfois les rendre impropres à la consommation.

Trop de colorants alimentaires sur certains macarons


Toujours plus de couleur pour attirer les gourmands

Fleuron de la pâtisserie française et célèbre dans le monde entier, le macaron a toujours autant de succès. Pour séduire les consommateurs, ceux qui les préparent pour les vendre misent sur le gout et des parfums parfois très exotiques ou insolites, mais aussi sur la couleur. Des couleurs intenses attirent l’œil et poussent les gourmands à l’achat.

Mais l’utilisation des colorants alimentaires est encadrée par la réglementation européenne (règlement [CE] 1333/2008) sur les additifs et il existe des seuils limite au-delà desquels les délicieux macarons peuvent être retirés de la vente et déclarés impropres à la consommation en raison des effets néfastes qu’ils peuvent avoir sur la santé.

Les enfants sont particulièrement sensibles et susceptibles de développer une tendance à l’hyperactivité et des troubles de l’attention s’ils consomment trop de colorants azoïques. La réglementation impose d’ailleurs la mention « peut avoir des effets indésirables sur l’activité et l’attention chez les enfants » sur les emballages des produits « colorés » artificiellement.

La DGCCRF constate des dépassements de la teneur maximale en colorants

Des contrôles ont eu lieu depuis 2017 en région Nouvelle-Aquitaine et ont été étendus à toute la France en 2018.

« Un des échantillons analysés, dénommé “macaron coquelicot”, détenait la plus haute concentration en colorant E124 constatée jusque-là. La consommation d’un seul de ces macarons pour un adulte, et d’un demi-macaron pour un enfant, suffisait pour atteindre un dépassement de la dose journalière autorisée (DJA). Ils ont été déclarés impropres à la consommation ».

Un autre produit inspiré de la Coupe du Monde de Football, un macaron à l’effigie du drapeau français contenait également une teneur beaucoup trop élevée en colorants et a dû être retiré de la vente.

Cela montre que les seuils limites encadrant l’utilisation des colorants dans les denrées alimentaires peuvent être méconnus ou que leur dosage peut être mal maitrisé par les professionnels.

Les contrôles continueront en 2019

La DGCCRF a prévu de continuer ses contrôles en 2019 et précise que les fabricants de colorant doivent aussi informer correctement les professionnels de la pâtisserie sur l’utilisation réglementée de leurs produits et des risques inhérents à leur consommation.

« Tous les professionnels mettant en œuvre des préparations colorantes ont l’obligation de respecter les limites réglementaires en colorants, notamment lorsqu’ils commercialisent des produits finis. Ils peuvent vérifier le respect de cette obligation en procédant à leurs propres contrôles sur leurs produits », précise la répression des fraudes.

Ces contrôles ont principalement pour but de protéger le consommateur.