Passées À venir

Une consultation en ligne pour préparer l'après-coronavirus

Près de 60 parlementaires ont lancé une consultation publique afin de préparer le jour et le monde d’après le confinement imposé par le Covid-19. Décryptage.
Sommaire

58 parlementaires ont décidé de lancer une consultation afin de préparer l’après-coronavirus. Selon eux, cette épidémie a pu révéler les limites du modèle de développement français et ils appellent donc à la concertation pour éventuellement transformer les textes de loi.

Une consultation en ligne pour préparer l’après-coronavirus


Changer le monde après le Covid-19

Selon 58 parlementaires, dont certains appartenant à La République en Marche, il faut profiter de la crise sanitaire du Covid-19 afin de changer le futur de la France. « Il est de notre responsabilité de penser collectivement, dès à présent, au jour d’après, à notre avenir commun. Il y aura un avant et un après-coronavirus. Il le faut. Cette crise nous aura tous transformés », indiquent les organisateurs.

Le samedi 4 avril, ils lancent un appel pour mettre en place « un plan de transformation de notre société et de notre économie ». Parmi les auteurs du texte, l’on retrouve entre autres, Matthieu Orphelin, Paula Forteza, Aurélien Taché, Pascal Durand et Ronan Dantec. Selon eux, un plan de relance ne suffira pas à redonner un élan positif à l’après-crise Covid-19. Les conséquences sanitaires et économiques sont trop importantes.

Il existe des failles dans le système de développement entretenu dans le pays depuis quelques dizaines d’années. Plusieurs changements doivent radicalement être opérés selon eux, notamment au niveau de la sécurité sanitaire, de la production locale, de l’environnement, mais il faut également réapprendre à vivre en « concordance avec la nature ».

Une consultation ouverte jusqu’au 3 mai

Une plateforme intitulée « le jour d’après » est donc en ligne depuis le samedi 4 avril dernier. Elle permet de recueillir les propositions des citoyens sur le modèle de la démocratie participative. Celle-ci sera ouverte jusqu’au 3 mai prochain.

Grâce cette consultation ouverte aux Français, les parlementaires attendent des retours et idées autour de 11 thèmes déjà établis, pouvant déboucher sur des créations ou des modifications de lois. Dès le 15 mai, les futures synthèses et les mesures les plus populaires seront alors émises.

Le but est de pouvoir formuler des mesures concrètes dans un laps de temps réduit. De ce fait, les propositions seront analysées et organisées en temps réel. Des personnalités se sont montrées favorables à l’initiative, comme Cynthia Fleury, philosophe et psychanalyste, Laurent Berger, secrétaire national de la CFDT, Christophe Robert, le délégué général adjoint de la Fondation Abbé-Perre, Laurence Taubiana, économiste, etc. De même, les développeurs informatiques, ainsi que les spécialistes des données sont également invités à participer à un « Hackathon » pour pallier les manquements de l’actuel modèle.

Qui peut prendre part à la consultation ?

Cette plateforme fait appel à toutes les bonnes volontés. Tous les Français sont donc invités à participer à la consultation. « Nous assumons le fait qu’il faut construire collectivement ce jour d’après et pas seulement au niveau des politiques », ont annoncé les organisateurs à France Info.



Quels sont les thèmes abordés ?

Pas moins de 11 thématiques sont abordées et une quarantaine d’idées avançant la transformation écologique et sociale sont aussi exposées :

  • La santé : Quel système pour demain ?
  • Le travail : Quel monde du travail voulons-nous pour demain ?
  • La consommation : Vers une société plus sobre ?
  • L’aspect social : Comment retisser des solidarités ?
  • L’éducation : Comment construire une société apprenante ?
  • Le numérique : Peut-on humaniser le numérique ?
  • La démocratie : Comment partager le pouvoir ?
  • Le territoire : Quel nouveau contrat pour renforcer et préserver la diversité ?
  • L’Europe : Comment recréer une solidarité européenne et internationale ?
  • Les richesses : Comment mieux évaluer le bien commun ?
  • L’économie : Quel financement et quel nouveau partage des richesses ?

Certains exemples de propositions ont déjà été soumis par les organisateurs. Celles-ci sont directement liées à la crise sanitaire du Covid-19, comme :

  • L’augmentation des moyens pour les hôpitaux
  • La revalorisation salariale de 200 euros nets mensuels pour les aides à domicile, aides-soignants, infirmières et agents hospitaliers
  • Le développement du télétravail partiel
  • L’augmentation des enseignants dès la rentrée 2020-2021
  • L’encadrement de l’utilisation des données personnelles en cas de crise

Cependant, d’autres mesures plus larges sont également suggérées, telles que :

  • L’abandon des subventions publiques aux énergies fossiles
  • L’application d’une taxe carbone aux frontières de l’Europe
  • Le doublement de la taxe sur le kérosène pour inciter les gens à prendre le train
  • Une éventuelle taxation européenne sur les transactions financières
  • L’ajout d’indicateurs sociaux et environnementaux au calcul du PIB
  • Le droit d’asile sanitaire en Europe
  • Un revenu universel à partir de la majorité
  • L’expérimentation du tirage au sort citoyen

Les mesures les plus populaires feront l’objet d’un plan d’action post-crise, comme le promettent les élus.