Passées À venir

Départ en retraite : comment choisir sa mutuelle ?

Les mutuelles retraite sont-elles obligatoires ? Quelles sont les solutions pour les petites pensions ? Un retraité peut-il être rattaché à la mutuelle de son conjoint actif ?
Sommaire

Pour faire face à des besoins médicaux qui changent avec l’âge, la souscription à une mutuelle est nécessaire que l’on soit retraité ou actif. Que se passe-t-il une fois que l’on est officiellement retraité ? Peut-on bénéficier de la portabilité ? Est-il obligatoire de souscrire un contrat de mutuelle spécifique aux seniors ou aux retraités ? Quelles sont les solutions pour ceux qui touchent de petites retraites et qui n'ont pas les moyens de souscrire aux offres ? Tour d’horizon du sujet.

Départ en retraite : comment choisir sa mutuelle ?



Est-il obligatoire de choisir une mutuelle senior ou retraité ?

Depuis 2016, les salariés sont obligés de souscrire une mutuelle santé. Et bien que cela soit vivement recommandé, les retraités n’ont, quant à eux, aucune obligation de le faire. Ils ne sont pas non plus tenus de choisir un contrat de mutuelle dite spécifique aux seniors ou aux retraités.

Souscrire une offre « senior » ne signifie pas être retraité ni être une personne âgée. On peut opter pour une mutuelle senior lorsque l’on est encore dans la vie active. En général, les formules correspondent à des tranches d’âge ou l’état de santé peut changer et nécessiter des garanties spécifiques, comme à partir de 50 ans par exemple.

La mutuelle retraite concerne ceux qui quittent leur emploi salarié ou leur statut d’indépendant pour devenir retraités par exemple. Mais ils ne sont pas obligés de souscrire à ce type de contrat dès lors qu’ils partent à la retraite. Ils sont libres de choisir la mutuelle qui leur convient en fonction de leur budget et de leurs besoins.

Les non-salariés qui étaient bénéficiaires d’un contrat de mutuelle individuelle avant leur départ à la retraite peuvent le conserver.

Bénéficier de la portabilité d’une mutuelle d’entreprise

Un salarié peut bénéficier de la portabilité (loi Evin) à condition de demander le maintien de la mutuelle d’entreprise dans les 6 mois avant la date du départ à la retraite. Attention, selon les contrats la couverture des ayants droit peut être supprimée.

En cas de retraite pour invalidité ou incapacité, la portabilité ne s’applique pas. Toutefois, le retraité peut demander le maintien de sa mutuelle à titre individuel. Dans ce cas, elle est payante, mais son tarif ne peut dépasser 50 % du tarif global (part salariale + part patronale). Un échelonnement sur 3 ans est appliqué pour un plafonnement progressif des tarifs. La première année, les tarifs sont les mêmes que pour les actifs.

Être rattaché à la mutuelle du conjoint encore actif

Dans le cas où son conjoint est encore salarié, un retraité peut être rattaché à sa mutuelle. Certains contrats permettent même d’être rattaché gratuitement. Pour connaître les modalités et voir si cette solution est avantageuse, il faut se rapprocher de l’organisme de mutuelle du conjoint qui est encore dans la vie active.




Bénéficier de la mutuelle communale

Certaines communes donnent la possibilité à leurs habitants de profiter des avantages de la mutuelle communale. Les retraités qui touchent de faibles pensions sont concernés par celle-ci. Pour savoir si elle est mise en place dans une commune, il faut se rapprocher de la mairie ou du CCAS.

Bénéficier de la complémentaire santé solidaire (CSS)

Un retraité dont les revenus de sa pension ne dépassent pas le plafond de ressources en vigueur peut demander la CSS. La complémentaire santé solidaire prend en charge les frais de santé des assurés de l’Assurance maladie ou de la MSA.

Quoi vérifier avant de souscrire à une nouvelle mutuelle ?

Prenez le temps de comparer les offres des mutuelles avant de signer. Si vous avez la possibilité de conserver la couverture santé dont vous bénéficiez avant votre départ en retraite, assurez-vous de ne pas perdre vos avantages en décidant de résilier.

Regardez par exemple la prise en charge des frais d’hospitalisation. L’offre « retraité » ou « senior » que vous envisagez est-elle suffisamment renforcée ? Vérifiez aussi les remboursements pour certains services d’assistance après une hospitalisation comme le portage des repas ou une aide-ménagère. Contrôlez la prise en charge des dépassements d’honoraires si vous consultez des spécialistes. Il est intéressant de regarder les remboursements pour les cures thermales ou les médecines douces.