Passées À venir

Collecte des déchets : le gouvernement explore l'idée de la consigne

Trouver des solutions aux problèmes de pollution est une des missions que s’est donné le gouvernement. Sur le sujet de la récolte et du recyclage des déchets, une des propositions faites récemment est de consigner les emballages plastiques, les piles et les canettes.

Pas vraiment innovante, mais intéressante, l’idée de consigner certains emballages en plastique ou en métal est envisagée par le gouvernement pour répondre au problème du traitement de la quantité de déchets qui sont produits et jetés. L’association de collectivités Amorce se montre dubitative, voire hostile au projet. Le point sur le débat actuel.

Collecte des déchets : le gouvernement explore l’idée de la consigne



Consigner certains déchets

Mardi 6 février 2018, le ministère de la Transition Écologique et Solidaire a fait part de son objectif d’élaborer une feuille de route sur l’économie circulaire pour améliorer la gestion du cycle de vie des produits, de leur conception jusqu’à leur traitement lorsqu’ils deviennent déchets.

Cette réflexion a commencé il y a déjà quelques mois et c’est en octobre dernier que l’idée de consigner certains déchets comme les piles, le plastique et les canettes a été de nouveau évoquée.

Actuellement, le taux de collecte national des emballages plastiques se situe autour de 60 %, mais il chute à seulement 10 % dans les grandes agglomérations.

Pour le verre, le taux de collecte atteint les 86 %, chiffre qui satisfait le gouvernement qui n’envisage pas de prendre d’autres mesures pour améliorer son ramassage pour le moment.

C’est pourquoi l’idée de rémunérer les personnes soit en bons d’achat, soit en leur redonnant une somme d’argent lorsqu’ils rapportent des déchets a été proposée pour encourager les consommateurs à participer de façon responsable au traitement de leurs ordures.

L’association Amorce émet des doutes sur l’utilité de cette proposition

Amorce s’est dite défavorable à la consigne des emballages, qui pourrait, selon elle, « fragiliser » les collectivités en les privant d’une source de revenus.

Elle soutient par contre l’idée de consigne pour les déchets électroniques, plus difficiles à recycler. Les pouvoirs publics sont en train d’y réfléchir. Il pourrait s’agir d’un système de consigne ou d’offres de reprise attrayantes des produits obsolètes pour éviter qu’ils ne soient jetés n’importe où.

Par contre, le gouvernement rencontre une vive opposition sur le sujet d’une possible augmentation de la taxe sur les déchets (TGAP). « Les premières propositions sont très focalisées sur la fin de la chaine, c’est-à-dire sur la gestion des déchets alors que l’un des grands enjeux, c’est le début de la chaine » (lorsque l’on produit), déplore Nicolas Garnier, le délégué général de l’association des collectivités, qui trouve ces solutions « inefficaces » et « inacceptables ».

Quelle que soit la solution retenue par le gouvernement, des expérimentations seront d’abord mises en place. De grandes villes comme Paris et Marseille ont déjà manifesté leur intérêt concernant le système des consignes.

De plus, la réflexion entamée sur le sujet au sein du gouvernement n’est pas terminée et d’autres sujets sont au programme : « Mieux produire », « mieux consommer » et « mobiliser tous les acteurs » dont les propositions sont attendues d’ici une semaine environ.