Passées À venir

Covid-19 : les nouvelles mesures restrictives annoncées par Macron

Emmanuel Macron a annoncé de nouvelles mesures restrictives mercredi 14 octobre, notamment l’instauration d’un couvre-feu dans plusieurs villes.
Sommaire

À l’occasion d’une interview accordée à TF1 et France 2 mercredi 14 octobre 2020, le président de la République a fait le point sur l’épidémie de coronavirus et annoncé de nouvelles mesures restrictives. Parmi elles, la mise en place d’un couvre-feu en Île-de-France et dans 8 métropoles.

Covid-19 : les nouvelles mesures restrictives annoncées par Macron

Un couvre-feu à partir du vendredi 16 octobre à minuit

Le président de la République a annoncé la mise en place d’un couvre-feu dans les villes de la région Île-de-France, ainsi que dans 8 autres villes : Toulouse, Saint-Étienne, Grenoble, Rouen, Lille, Aix-Marseille, Montpellier et Lyon.

Le couvre-feu débutera dès vendredi 16 octobre à minuit, et sera instauré entre 21 heures et 6 heures du matin. Il devrait durer au moins 4 semaines. « Six semaines, c’est le temps qui nous paraît utile », a toutefois déclaré Emmanuel Macron, avant de préciser : « nous irons devant le Parlement pour le prolonger jusqu’au 1er décembre ».

Dans les villes concernées, les personnes qui seront dehors après 21 heures devront être munies d’une attestation justifiant leur déplacement, qu’il s’agisse du travail ou d’une urgence médicale par exemple. Sans dérogation, elles pourront écoper d’une amende de 135 euros.

« Il n’y aura pas une interdiction de circuler entre 21 heures et 6 heures du matin, il y aura une stricte limitation aux bonnes raisons », a nuancé Emmanuel Macron. Dans toute l’Île-de-France et dans les 8 villes concernées, les bars, cinémas, restaurants et salles de spectacle devront fermer à 21 heures.

Le rétablissement de l’état d’urgence sanitaire

L’état d’urgence sanitaire sera rétabli dès vendredi 16 octobre à minuit. D’après le décret examiné en Conseil des ministres mercredi 14 octobre, le rebond de l’épidémie « justifie que l’état d’urgence sanitaire soit déclaré afin que les mesures strictement proportionnées aux risques sanitaires encourus et appropriées aux circonstances de temps et de lieu puissent être prises ».

L’état d’urgence sanitaire, grâce au cadre juridique qu’il met en place, permet de prendre des mesures exceptionnelles. Il avait été décrété le 23 mars 2020, et avait pris fin le 10 juillet en France métropolitaine. Le président de la République n’a pas donné d’indication quant à la durée de l’état d’urgence.

Pas de généralisation du télétravail

« Le télétravail, c’est un outil quand on l’utilise intelligemment. Si c’est une règle nationale, là maintenant, parfois on réisole les gens », a expliqué Emmanuel Macron pour justifier sa décision de ne pas généraliser le télétravail, avant d’ajouter : « Quand on a une résidence secondaire sympathique et qu’on télétravaille, c’est chouette. Quand on a un appartement, que les enfants sont à la maison, c’est plus dur ».

Le président appelle à un télétravail « négocié », 2 à 3 jours par semaine, comme de nombreuses entreprises le pratiquent actuellement. « Il faut du bon sens, on a besoin que les entreprises fonctionnent, que les professeurs soient en classe », a-t-il souligné.

Pas de restrictions de transports

En Île-de-France et dans les 8 autres villes concernées par le couvre-feu, « il n’y aura pas de restriction au niveau des transports », a indiqué Emmanuel Macron, et les Français pourront se déplacer librement dans les régions pour les vacances de la Toussaint. Le président a indiqué avoir fait le choix « de ne pas infantiliser » et de « responsabiliser ».

Une aide exceptionnelle de 150 euros pour les plus précaires

Une aide exceptionnelle de 150 euros va être versée aux bénéficiaires du RSA et des APL, et une aide supplémentaire de 100 euros par enfant sera attribuée à ces mêmes personnes, dans les six semaines à venir. En ciblant les bénéficiaires du RSA et des APL, le gouvernement souhaite notamment venir en aide aux 18-25 ans.

Emmanuel Macron a par ailleurs invité les Français à adopter une « règle de six » : « on essaie, quand on invite des amis, de ne pas être plus de 6 à table », a-t-il expliqué. Il a également annoncé le lancement d’une nouvelle application, « Tous Anti-Covid », contenant des informations sur la circulation du virus et indiquant « les points pour se faire tester ».