Passées À venir

La vaccination avec AstraZeneca suspendue en France

Plusieurs pays européens ont annoncé les uns après les autres suspendre la vaccination avec AstraZeneca par mesure de précaution. Ce lundi 15 mars, la France s’aligne sur ses voisins et décide à son tour de stopper l’utilisation du vaccin pendant au moins 24 heures.
Sommaire

Lors d’un sommet franco-espagnol à Montauban, Emmanuel Macron a pris la parole concernant l’utilisation du vaccin AstraZeneca. Décrié depuis plusieurs jours, il sème le doute à travers l’Europe en raison de potentiels effets indésirables. Face à des suspensions qui s’enchaînent, la France joue la prudence et le chef de l'État a annoncé l'arrêt de la campagne avec AstraZeneca.

La vaccination avec AstraZeneca suspendue en France

L’utilisation du vaccin AstraZeneca suspendue en France

« L'autorité européenne (EMA) rendra demain un avis sur le recours à ce vaccin. D'ici là, nous avons décidé de suspendre la vaccination avec AstraZeneca en France, en espérant la reprendre rapidement », a précisé le président de la République. Dans 24 heures, l'Agence européenne des médicaments (EMA) doit rendre un avis.

Ensuite, le gouvernement se prononcera une nouvelle fois sur l’affaire du vaccin AstraZeneca et décidera ou non de reprendre la campagne de vaccination.

Une suspension dans plusieurs pays européens

Jeudi 11 mars, le Danemark, puis la Norvège et l'Islande ont suspendu l’utilisation du vaccin AstraZeneca dans leur pays. La formation de caillots sanguins chez certains patients est en cause. Par mesure de précaution, d’autres pays dont les Pays-Bas ont rejoint le mouvement. Aujourd’hui, l’Allemagne et l’Italie ont pris les devants et arrêté temporairement la vaccination. Comme la France, l’ensemble des pays européens est dans l’attente du verdict de l’EMA.

Sur le territoire français, c’est la direction des sapeurs-pompiers des Bouches-du-Rhône qui a décidé de suspendre la vaccination du personnel ce jour, quelques heures avant la prise de parole d’Emmanuel Macron. Ce choix intervient après l’hospitalisation d’un pompier à Arles. Vacciné contre la Covid-19, ce dernier a présenté une arythmie cardiaque, 48 heures après la première injection d’AstraZeneca.

La semaine dernière, l’Agence de sécurité du médicament tenait un discours rassurant, en estimant qu’il n’y avait pour l’instant pas de lien avéré entre le vaccin et les effets indésirables. De nouvelles études en cours à travers l’Europe sont attendues pour trancher la question.

 

LE DIRECT

 

Les bénéfices de la vaccination avec AstraZeneca dépassent les risques selon l'Agence européenne des médicaments

Lors d'une conférence de presse, l’Agence européenne des médicaments (EMA) a annoncé poursuivre les investigations sur le vaccin. Emer Cooke, directrice de l’EMA, a affirmé que les avantages du vaccin l'emportent sur le risque d'effets secondaires. Elle répète qu'aucun lien entre ces effets et le vaccin n'est encore avéré. 

Les conclusions seront rendues jeudi avec une totale transparence. 

Olivier Véran et Alain Fischer continuent des rassurer les personnes déjà vaccinées

Alain Fischer, président du Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale, se veut rassurant ce matin sur France Inter : les Français déjà vaccinés ne doivent pas s'inquiéter particulièrement. Le ministre de la Santé, Olivier Véran, assure lui aussi que les personnes déjà vaccinées avec AstraZeneca "ne sont pas danger".

L'Agence européenne des médicaments (EMA) rendra sa réponse jeudi

L'Agence européenne des médicaments (EMA) rendra son avis sur le vaccin AstraZeneca jeudi, après une réunion d'urgence. Elle déterminera alors si des mesures sont nécessaires. Au total, une douzaine de pays sont en attente de cette décision, dont la France. 

Ce mardi 16 mars, un groupe d'experts de l'OMS se réunit également pour se pencher sur la sûreté du vaccin.

Des suspensions à la pelle

L'Allemagne et l'Italie ont suspendu la vaccination avec AstraZeneca. En France, les pompiers des Bouches-du-Rhône ont fait de même. 

Emmanuel Macron est attendu demain dans le meilleur des cas pour trancher sur une éventuelle reprise. En parallèle, il envisage de prendre cette semaine de nouvelles décisions en matière de restrictions.