Passées À venir

L'accès au crédit immobilier a été restreint pour prévenir le surendettement

Les institutions chargées du contrôle des marchés financiers ont demandé aux banques de durcir les conditions d’accès à l’emprunt immobilier pour les ménages afin d’éviter une généralisation des cas de surendettement. Le point dans cet article.
Sommaire

Grâce à des taux d’emprunt particulièrement bas, 2019 a connu une hausse des accords de prêts immobiliers de 9,8 % par rapport à l’année précédente. Mais les autorités financières ont également constaté l’allongement de la durée des emprunts et craignent une augmentation des cas de surendettement. Pour éviter cela, elles ont demandé aux banques de durcir les conditions d’accès à l’emprunt, ce qui pourrait empêcher 100 000 à 130 000 ménages d’accéder à la propriété cette année.

L'accès au crédit immobilier a été restreint pour prévenir le surendettement


De nouvelles restrictions imposées aux banques

Le HCSF (Haut conseil de stabilité financière) dont la mission est de surveiller les marchés financiers est une autorité qui réunit notamment le ministère de l’Économie et la Banque de France. Fin 2019, l'institution a demandé aux établissements bancaires d’imposer plus de restrictions avant d’octroyer des prêts immobiliers.

Concrètement, il leur a été demandé d’être stricte sur la limite de 33 % de taux d’endettement des ménages et de ne pas dépasser une durée d’emprunt de 25 ans. Une marge de manœuvre a toutefois été accordée aux banques qui pourront légèrement ajuster ces paramètres dans la limite de 15 % du total des prêts accordés.

Certains ménages pourraient être directement impactés

Contrairement au gouverneur de la Banque de France François Villeroy de Galhau qui assure que « l’accès au crédit immobilier sera clairement maintenu », Michel Mouillart professeur d’économie et chargé de mission au sein de l’Observatoire des crédits aux ménages, estime qu’« au moins 100 000 et jusqu’à 130 000 ménages seront mécaniquement exclus par ces mesures de l’accès à la propriété cette année ».

Un avis que partage Maël Bernier, porte-parole de meilleurtaux.com : « Ce sont les emprunteurs les plus faibles, c’est-à-dire les jeunes qui vont subir [ces restrictions] de plein fouet. Aujourd’hui, ceux qui empruntent sur 25 ans et plus sont principalement les ménages qui accèdent pour la première fois à la propriété, qui ont peu d’épargne et surtout peu d’apport. Le nombre d’emprunteurs issu de cette catégorie va donc irrémédiablement baisser ».

Prévenir le risque de surendettement

Selon la Banque de France, « le crédit immobilier continuera de croître en France, sur des bases plus saines et plus durables », a-t-elle déclaré dans un communiqué.

Mr Villeroy de Galhau considère que l’inquiétude des courtiers et des banquiers n’a « aucun fondement », et martèle qu’il est nécessaire de « mettre un coup d’arrêt » à « la dérive » des prêts qui dépassent les 33 %. « Si nous ne rappelions pas aux banques des règles de bon sens, nous aurions demain un vrai risque de surendettement des ménages concernés. N’attendons pas de voir surgir le problème ou la crise financière : il serait trop tard pour agir », argue-t-il.