Passées À venir

MaPrimeRénov' : la prime de transition énergétique évoluera en 2021

Le dispositif d’aide aux travaux de rénovation énergétique MaPrimeRénov' va connaître quelques modifications à partir du 1er janvier 2021.
Sommaire

Le dispositif MaPrimeRénov' a vu le jour en janvier 2020. Cette prime de transition énergétique avait initialement pour objectif de remplacer le crédit d’impôt transition énergétique (CITE). Des changements sont à prévoir à partir du 1er janvier 2021.

MaPrimeRénov' : la prime de transition énergétique évoluera en 2021


En quoi consiste le dispositif MaPrimeRénov' ?

Cette prime, pour l’instant réservée aux ménages les plus modestes, est versée à la fin de travaux visant à améliorer les performances énergétiques d’un logement.

Il est ainsi possible de financer par exemple l’installation d’une pompe à chaleur, d’une chaudière à très haute performance énergétique, d’un poêle à bois ou encore de procéder à des travaux d’isolation et de ventilation.

La prime permet aussi de faire réaliser un audit énergétique de son habitation, qu’il s’agisse d’une maison individuelle ou d’un appartement. Les travaux doivent impérativement être réalisés par une entreprise ou un artisan labellisé RGE (Reconnu Garant de l’Environnement).

Le montant de la prime MaPrimRénov’ est plafonné à 20 000 euros, pendant une durée maximale de 5 ans. Avant de se lancer dans des travaux de rénovation énergétique, un ménage peut donc commencer par faire une simulation pour savoir s’il est éligible à cette aide ou à une autre. S’il est éligible à MaPrimRénov’, il doit ensuite faire une demande sur le site maprimerenov.gouv.fr.

Le dossier, complété par des justificatifs, est ensuite étudié et validé, et les travaux peuvent alors commencer. À la fin de ceux-ci, sur présentation de la facture du professionnel labellisé RGE, il faut de nouveau se connecter au site gouvernemental et demander le versement de la prime.

MaPrimRénov’ : quels changements pour 2021 ?

Comme l’a expliqué la ministre du Logement Emmanuelle Wargon au micro de France Inter, « les chantiers engagés dès cet automne seront éligibles au dispositif ». Quant au barème du montant de l’aide, il « sera connu au plus tard fin septembre », et le montant de la prime pourra « aller de 2-3 000 euros jusqu’à environ 20 000 euros », a-t-elle précisé.

À partir du 1er janvier 2021, le dispositif, qui était jusqu’ici réservé aux propriétaires résidant dans le logement concerné, sera également ouvert aux propriétaires bailleurs et aux syndicats de copropriétaires.

Par ailleurs, la prime sera accessible à tous les foyers, sans condition de revenus. Toutefois, le montant de la prime restera conditionné aux revenus du ménage, et sera plus élevé si celui-ci a des revenus plus modestes. Quatre catégories de ressources annuelles devraient ainsi être créées.

Enfin, les maisons individuelles considérées comme des passoires thermiques, c’est-à-dire classées F ou G d’après le diagnostic de performance énergétique (DPE), bénéficieront d’une prime bonifiée.

Le budget total alloué par l’État à ce dispositif va par ailleurs augmenter : il passera de 800 millions à 1 milliard d’euros, intégrant le plan de relance de 100 milliards d’euros. Parmi ces 100 milliards, 30 millions sont réservés à la transition écologique.