Passées À venir

Naissance : Un congé rémunéré d'un mois pour le second parent dans 105 entreprises

La France est l’un des pays européens où il existe encore de grandes disparités entre les hommes et les femmes lors de la naissance d’un enfant. Dans le but de faire bouger les choses, 105 entreprises françaises s’engagent à rémunérer un congé d’au moins 1 mois pour le second parent. Le point sur cette avancée sociétale dans cet article.
Sommaire

Dans une tribune commune publiée dans les Échos, 105 entreprises françaises expliquent leur engagement à aller au-delà de ce que prévoit la législation en matière de congé paternel. Tandis qu’actuellement la loi accorde un « congé de paternité et d’accueil de l’enfant » de 11 jours, ces entreprises s’engagent à octroyer au second parent un congé rémunéré d’au moins 1 mois, et ce pour réduire les inégalités entre les femmes et les hommes.

Naissance : Un congé rémunéré d'un mois pour le second parent dans 105 entreprises


La France accuse un retard concernant l’accueil de l’enfant par le second parent

Tandis qu’un peu partout en Europe la tendance est à l’allongement du congé paternité et d’accueil de l’enfant, la France a du mal à se libérer d’une vision genrée des rôles au sein du couple, à savoir maman s’occupe de bébé, papa va travailler.

Pourtant, les études scientifiques prouvent que le rôle du père (du conjoint ou de la conjointe) est important pour le développement de l’enfant, mais aussi pour la répartition des tâches et des responsabilités au sein du couple. On peut notamment citer une étude de l’Igas (Inspection générale des affaires sociales) datant de 2018 dont les conclusions appuyaient le fait que ce congé « favorise l’engagement paternel et la construction durable du lien père enfant, permettant ainsi un rééquilibrage dans le couple de la charge mentale ».

« En dépit de l’introduction d’un congé de paternité en 2002, le dispositif reste centré autour de la femme qui porte l’enfant », expliquent les 105 chefs d’entreprise signataires de la tribune parue dans Les Échos le 5 février 2020.

« Faire évoluer nos sociétés pour contribuer à changer la société »

105 patrons se sont donc engagés à travers le « Parental Act » à prendre leurs responsabilités en matière d’égalité femmes-hommes. « Nous voulons faire évoluer nos sociétés pour contribuer à changer la société », ont-ils déclaré dans leur tribune.

Cet engagement prend désormais la forme d’un congé rémunéré accordé au second parent, qui va bien au-delà des 11 jours prévus par la loi. « Dans nos entreprises, nous nous engageons à aller plus loin sous la forme d’un congé second parent rémunéré d’une durée minimale d’un mois », ont fait savoir les signataires.

Un engagement en 4 points

Le Parental Act comporte en fait 4 garanties des entreprises signataires :

  • le congé supplémentaire couvrira « une période d’un mois minimum »
  • le second parent pourra en bénéficier, « quels que soient son sexe et son statut »
  • les dirigeants de l’entreprise devront encourager leurs salariés à prendre ce congé
  • le congé accordé par les entreprises signataires « sera rémunéré à 100 % »

Il est possible de consulter la liste des entreprises signataires du Parental Act en ligne.