Passées À venir

Record des ventes immobilières en 2018 malgré la hausse des prix au mètre carré

Grâce à des crédits bancaires à taux bas, le secteur de l’immobilier est resté prospère en France en 2018, avec un record du nombre de ventes et les prix au mètre carré qui augmentent à Paris et dans plusieurs grandes villes de province. Un point dans cet article.

Les taux de crédit immobilier qui se maintiennent à un niveau particulièrement bas continuent de doper le marché de l’immobilier français. Environ 1 million de ventes ont été conclues l’année dernière, le prix du mètre carré explose à Paris et augmente dans de nombreuses grandes villes. Comme l’année précédente, 2018 aura été une très bonne année pour les professionnels du secteur. Explications.

Record des ventes immobilières en 2018 malgré la hausse des prix au mètre carré


Malgré des prix en hausse, le nombre de ventes ne faiblit pas

Les prix des maisons en France métropolitaine ont augmenté de +3,4 % en moyenne en 2018. Mais grâce à des taux d’emprunt toujours bas, près de 1 million de ventes ont encore été conclues l’année dernière. Il n’y a qu’à Paris et en Île-de-France où l’on a assisté à un léger recul des transactions avec respectivement -2 % et -3 % entre septembre 2017 et septembre 2018.

Le prix du mètre carré à Paris atteint plus de 9 500 €

Selon le rapport annuel du réseau d’agences immobilières Century 21, le prix du mètre carré à Paris coute désormais 9 670 €, avec des transactions qui s’élèvent désormais à 460 000 € en moyenne. Un prix qui ne décourage pourtant pas les acheteurs.

« Le marché est totalement déséquilibré, avec beaucoup plus d’acheteurs que de vendeurs, explique Thierry Delesalle, un notaire parisien. Les ventes sont rapides, souvent en 2 semaines, et il n’y a quasiment pas de négociations ». On prévoit même que la barre des 10 000 € le mètre carré sera franchie l’été prochain.

En revanche, ces tarifs sont devenus prohibitifs pour la plupart des ouvriers et des employés qui représentent à présent moins de 5 % des acheteurs parisiens. Ces derniers achètent plutôt en banlieue, où les prix ont tout de même augmenté de 3 % en 2018.

Les prix augmentent aussi dans les grandes villes de province

Une légère baisse des prix sur le marché de l’immobilier pourrait intervenir prochainement au vu du léger recul du prix des maisons constaté sur les derniers compromis de vente signés à la fin de l’année 2018. Cela serait une bonne chose pour le pouvoir d’achat immobilier qui diminue presque partout sur le territoire (-15 % à Bordeaux, -7 % à Rennes, -5 % à Nantes). On pourrait également assister à une hausse prochaine des taux de crédit immobilier en raison de la politique financière actuelle.

Bordeaux est maintenant la ville où le marché de la pierre est le plus onéreux avec un mètre carré à 4 250 € ; une flambée des prix qui a eu lieu dans la cité girondine en 2018 avec une augmentation moyenne de +18,6 % !

Une hausse notable des prix a aussi été observée dans plusieurs grandes villes. À Lyon, le mètre carré coute 3 890 € (+9,2 %), à Rennes 2 550 € (6,7 %) et à Nantes 2 840 € (5,2 %).