Passées À venir

Téléphone au volant : 76 % des Français favorables à des sanctions plus sévères

Bien que conscients des dangers du téléphone au volant, les Français continuent de l’utiliser. Cependant, ils sont majoritairement favorables à un durcissement des sanctions. Le point dans cet article.
Sommaire

L’utilisation du téléphone portable au volant est à l’origine de nombreux accidents. Un récent sondage révèle que les Français sont conscients des dangers que cela représente. Pourtant ils reconnaissent aussi ne pas pouvoir s’en passer et l’utiliser quand même. Nombreux sont ceux qui pensent que de lourdes sanctions pourraient avoir un effet plus dissuasif.

Téléphone au volant : 76 % des Français favorables à des sanctions plus sévères


Une véritable addiction

L’entreprise Harris Interactive a récemment effectué un sondage pour le compte de l’ASFA (Association des sociétés d’autoroutes) et les résultats sont assez inquiétants :

31 % des sondés (41 % chez les moins de 35 ans) avouent ne pas pouvoir se passer de leur téléphone portable plus d’une heure. 41 % reconnaissent même l’utiliser au volant sur l’autoroute, « sans le prendre en main » (69 % chez les moins de 35 ans), et 37 % n’hésitent pas à s’en saisir (61 % pour les moins de 35 ans).

« Un tel degré d’addiction est étonnant (...) Que les gens utilisent leur téléphone, malheureusement on s’en doutait. Mais qu’ils soient conscients du danger et qu’ils continuent à l’utiliser dans ces proportions, c’est une contradiction spectaculaire », commente Christophe Boutin, le directeur général de l’ASFA.

De plus, « si les jeunes, qui ne représentent aujourd’hui que 18 % des utilisateurs de l’autoroute, ont ce comportement, ça veut dire que demain la majorité des conducteurs auront ce comportement. C’est très préoccupant », a-t-il ajouté.

Durcir les sanctions est la solution la plus efficace selon 76 % des sondés

Le sondage révèle que les conducteurs sont bien conscients des risques encourus. Lorsqu’on leur demande de hiérarchiser les facteurs d’accidents, les automobilistes classent l’utilisation du portable au volant parmi les plus dangereux (8,4/10), juste derrière l’alcool (8,5/10) et devant la drogue et les médicaments (8,3/10), la fatigue et la somnolence (8,3/10) ou la vitesse (7,8/10).

76 % des Français, soit 3 Français sur 4 pensent qu’un durcissement des sanctions serait la solution la plus dissuasive pour qu’ils arrêtent d’utiliser leur téléphone portable en conduisant. « C’est rare en sécurité routière que des Français demandent des sanctions plus sévères. Généralement, le mouvement est plutôt inverse », explique M. Boutin.

La suspension de permis envisagée dans le projet LOM

Le gouvernement envisage de faire inscrire la suspension du permis de conduire pour utilisation du téléphone portable au volant dans le projet de loi d’orientation des mobilités (LOM).

« C’est totalement insuffisant », a déclaré Jehanne Collard, une avocate spécialisée dans la défense des victimes de la route. « Comme pour l’alcool et la drogue, on doit sanctionner l’usage du portable par des peines de prison alourdies quand il fait des morts ou des blessés sur la route », a-t-elle déclaré dans un communiqué.