Passées À venir

Durcissement des sanctions pour ceux qui téléphonent au volant en 2019

Le Premier ministre a annoncé le renforcement des sanctions applicables à l’égard de ceux qui téléphonent au volant. Le concept de « double infraction » devrait voir le jour et permettre le retrait de permis immédiat du conducteur qui commettrait une infraction au Code de la route en utilisant son téléphone alors qu'il est au volant. Qu’est-ce qui change par rapport à la loi actuelle ? Les syndicats d’usagers de la route sont-ils favorables à cette mesure ?
Sommaire

Le gouvernement d’Emmanuel Macron a mis l’accent sur les réformes concernant la Sécurité routière depuis le début de l’année. Après l’abaissement de la vitesse maximale à 80 km/h sur certaines routes, l’annonce d’un futur contrôleur de vitesse embarqué pour les coupables de grands excès de vitesse, ce sont les sanctions concernant l’usage du téléphone portable au volant qui vont être durcies en 2019. Qu’en est-il ? Comment les syndicats d’automobilistes et de motards accueillent-ils la nouvelle ?

Durcissement des sanctions pour ceux qui téléphonent au volant en 2019



L’idée de « double infraction » pour l'utilisation du téléphone au volant

À l’heure actuelle, si vous êtes pris en faute par les forces de l’ordre en train de téléphoner au volant de votre véhicule en roulant, vous aurez à vous acquitter d’une amende de 135 euros et 3 points seront retirés de votre permis. Il n’est pour l’instant pas prévu que cette sanction évolue.

Toutefois, l’ajout à la loi existante d’une notion de « double infraction » fait partie des propositions faites par le gouvernement. C’est-à-dire que dans le cas où vous commettriez une infraction au volant, et ce, en tenant en main votre téléphone en circulant, votre permis pourrait vous être retiré immédiatement, et ce, pour une durée allant de 3 jours à 6 mois selon la gravité de l’infraction.

Les syndicats des usagers de la route plutôt favorables à cette nouvelle loi

Il y aura toujours des voix qui s’élèveront pour critiquer les nouvelles mesures mises en place, mais parmi celles proposées par le gouvernement en ce début d’année, le durcissement des sanctions pour ceux qui téléphonent au volant reçoit un accueil plutôt favorable. En effet, il est prouvé que l’usage du téléphone en voiture perturbe l’attention du conducteur. En France en 2016, l’utilisation du téléphone en conduisant a été mise en cause dans 1 accident corporel sur 10.

De plus, ce que les associations d’usagers de la route apprécient, c’est que la sanction financière ne devrait pas être alourdie et que par conséquent, l’argument classique qui est de dire que les nouvelles mesures sont plus faites pour renflouer les caisses de l’État que pour protéger véritablement les usagers de la route ne s’applique pas ici.

Les dispositifs d’appel Bluetooth restent autorisés au volant

Pour le moment, il n’est pas question d’interdire dans les voitures les dispositifs Bluetooth et les kits mains libres qui ne nécessite pas de dispositif à poser sur ses oreilles. Ils sont toujours autorisés, ils permettent au conducteur de passer et de recevoir des appels tout en gardant les yeux sur la route et les deux mains sur le volant. En revanche, les oreillettes, écouteurs, casques et kits mains libres équipés d'un dispositif à mettre dans les oreilles sont quant à eux interdits depuis 2015.