Passées À venir

Usurpation du nom de la DGCCRF : plusieurs cas ont été signalés à des fins d'escroquerie

La DGCCRF rappelle à tous les particuliers et professionnels d’être vigilants quant aux courriers et courriels réclamant une certaine somme d’argent, sous le nom d’un service du gouvernement. Quelles sont ces arnaques ? Comment les éviter ?
Sommaire

De nombreux professionnels ont rapporté avoir été victimes d’une escroquerie par des sociétés malveillantes usurpant le nom de la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) et leur réclamant de grosses sommes d’argent. Le service de répression des fraudes met donc en garde la population quant aux éventuelles arnaques. Informez-vous ici sur les fraudes en question et les procédures à suivre pour s’en protéger.

Usurpation du nom de la DGCCRF : plusieurs cas ont été signalés à des fins d’escroquerie



Des professionnels victimes de sociétés malveillantes

La DGCCRF voit son nom utilisé à des fins frauduleuses par des sociétés malveillantes. Il a été rapporté que plusieurs professionnels ont reçu des e-mails portant le logo et les couleurs du site de l’administration.

L’objectif de ces courriels étant de pousser les victimes à effectuer un virement bancaire, payer une amende fictive ou encore obtenir un remboursement ou un service particulier.

La DGCCRF donne l’exemple d’une société fictive nommée « Les Éditions Officielles AFS » qui reprend des publications officielles de l’administration afin d’induire les victimes en erreur. La société propose ainsi d’inscrire le professionnel dans un « Guide officiel de la répression des fraudes » en contrepartie d’un virement bancaire de 9 000 €.

La DGCCRF rappelle donc que dans le cadre de ses campagnes de communication, elle ne demande jamais de contribution financière aux entreprises.

Se protéger des e-mails frauduleux

Ces escroqueries peuvent survenir sur le web, mais aussi par courrier postal. Elles concernent généralement les professionnels, mais les particuliers peuvent également être touchés.

Dans la plupart des cas, les sociétés fictives usurpent l’identité d’un service du gouvernement, mais elles peuvent également se faire passer pour les services des Pages jaunes ou toute autre grande enseigne.

Ainsi, toute personne recevant des e-mails ou des courriers réclamant le paiement d’une somme d’argent est invitée à vérifier leur authenticité et leur provenance auprès de la DGCCRF.

Le service de la répression des fraudes peut être contacté en ligne ou par téléphone au 01 44 87 17 17.

En cas de doute, il est également possible de s’adresser aux services de la DDPP (direction départementale de la protection des populations) ou de la DDCSPP (direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations) de son département.

Enfin, des informations peuvent également être obtenues auprès du Centre européen des consommateurs en Europe ou de toute autre association de consommateurs.