Passées À venir

Installer un climatiseur : les points à connaître

De plus en plus de foyers se renseignent sur l’installation d’un climatiseur dans leur logement, particulièrement en période de fortes chaleurs. Quelles sont les règles à respecter ?
Sommaire

Lorsque la canicule s’installe en été, les logements se transforment en véritable fournaise. Toutes les solutions sont bonnes pour réduire la température et beaucoup se tournent vers la climatisation comme remède miracle. Avant de sauter le pas, il est cependant nécessaire de vérifier la réglementation qui entoure cette installation. Un point dans cet article.

Installer un climatiseur : les points à connaître




Des différences en fonction du type de climatiseur

Deux principaux types de climatiseurs sont disponibles sur le marché : monobloc et split. Le premier type est le moins onéreux, adapté aux petits espaces et composé d’une seule unité généralement mobile. Placé à l’intérieur du logement, il n’a donc pas d’impact sur l’aspect extérieur du bâtiment et n’est pas soumis à réglementation. La situation est différente pour un climatiseur split possédant une unité intérieure et une extérieure destinée à évacuer l’air chaud. Les conditions d’installation sont bien plus strictes notamment lorsque le logement se situe dans une copropriété.

Respecter le règlement de copropriétés

L’installation d’un modèle split dans une copropriété est soumise à l’accord des copropriétaires lorsqu’elle apporte des modifications visibles à l’extérieur. Si vous décidez de le placer sur une partie privative, comme le balcon ou la terrasse, il est tout de même préférable de vérifier vos droits au sein du règlement de copropriété.

Une installation dans une partie commune, est quant à elle, obligatoirement votée en assemblée générale. Pour cela, le copropriétaire demande au syndic d’inscrire sa requête à l’ordre du jour de la prochaine assemblée. Il devra se présenter de préférence muni d’un devis et obtiendra gain de cause uniquement en cas de majorité absolue.

Enfin, lorsque vous êtes locataire, la pose d’une unité en extérieur est évidemment demandée au propriétaire. Dans une copropriété, c’est au bailleur d’effectuer lui-même les démarches auprès du syndic.

Une déclaration au service de l’urbanisme

Une modification de l’aspect extérieur d’un bâtiment engendre une autre déclaration, déposée cette fois auprès du service urbanisme de la mairie du domicile. L’article R421-17 du Code de l’urbanisme apporte des précisions sur cet aspect. L’instruction en mairie est ensuite faite dans le mois qui suit, deux mois pour les secteurs sauvegardés, et une absence de réponse est synonyme d’autorisation tacite. Pour information, l’impact sur l’esthétisme est le principal motif de refus et peut être remédié par la pose d’un cache sur l’unité externe.





Penser aux nuisances sonores

Les climatiseurs avec une ou plusieurs unités en extérieur sont sources de bruits parfois gênants pour le voisinage. Ce dernier peut vous le reprocher en invoquant l’article R. 1334-31 du Code de la santé publique. Il stipule qu’« aucun bruit particulier ne doit, par sa durée, sa répétition ou son intensité, porter atteinte à la tranquillité du voisinage […] ». Dans le pire des cas, l’affaire est portée devant les tribunaux et le juge vous impose l’insonorisation ou la suppression de l’installation.

Quelques points techniques

Le choix et la pose du climatiseur

Il existe des climatiseurs à tous les prix en fonction du type choisi. Comme énoncé précédemment, le recours à une installation split doit être réfléchi au préalable. La prise de renseignements et de conseils s’avère donc incontournable pour éviter les mauvaises surprises et obtenir le dispositif adapté.

Il est préférable de faire appel à un professionnel pour l’installation, car elle peut se révéler complexe et nécessiter un matériel spécifique. De plus, il réalisera au préalable un bilan thermique permettant de connaître le modèle le plus adapté.

D’autres critères techniques doivent être respectés comme l’installation dans un espace ouvert, loin des sources de chaleur et à distance du mobilier pour éviter la projection de l’air directement sur les habitants.

L’entretien de l’installation

L’installation d’un climatiseur n’est pas le seul coût à prendre en considération. En effet, la maintenance d’un tel dispositif s’effectue régulièrement afin de préserver la qualité de l’air du domicile. Chaque année, il ne faut pas oublier de nettoyer les filtres avant la remise en marche. L’intervention d’un professionnel est également possible, et devient obligatoire tous les 5 ans en moyenne pour les climatiseurs contenant plus de 2 kg de fluide frigorigène. Pour garantir le suivi régulier de l’installation, vous pouvez envisager de souscrire à un contrat d’entretien.