Passées À venir
16 Juillet
23 Juillet
31 Juillet

Monnaie, permis de conduire, voltage électrique, unités de mesure… les informations du quotidien à connaître pour séjourner en France

Quelle heure est-il en France ? Un visa est-il nécessaire pour séjourner en France ? Que peut-on emporter dans ses bagages ? Les formalités douanières, devises et moyens de paiement. Comment acheter en détaxe ? L’intérêt des pass touristiques. Téléphoner, appeler les numéros d’urgence. À qui s’adresser en cas de perte (papiers, objets…) ? Courant et prises électriques, unités de mesure courantes. Circuler avec le certificat qualité de l’air. Conduire avec un permis étranger. Le stationnement : ce qu’il faut savoir, les incontournables de la sécurité routière.

Vous prévoyez un séjour en France et vous vous interrogez sur ce qu’il faut savoir avant de partir. Devez-vous demander un visa ? Pourrez-vous conduire avec votre permis ? Aurez-vous besoin d’un adaptateur électrique ? Quelles sont les unités de mesure ? Pourrez-vous faire des achats en détaxe ? Le stationnement est-il payant ? Des informations utiles pour vous aider à profiter pleinement de votre séjour.

Monnaie, permis de conduire, voltage électrique, unités de mesure… les informations du quotidien à connaître pour séjourner en France

Quelle heure est-il en France ?

L’heure de la France métropolitaine (ou heure de Paris) est de +1,00 par rapport au temps universel coordonné (UTC), c’est-à-dire à l’heure de Londres (ou Greenwich Meridien Time : GMT).

Un visa pour la France ?

Pour entrer en France, un visa est obligatoire sauf si vous résidez dans l’espace Schengen ou dans un pays qui en est dispensé. Dans ce cas, vous pouvez séjourner jusqu’à 3 mois en France sans formalités particulières.

L’espace Schengen est composé d’États de l’Union européenne et d’États associés : Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, Grèce, Hongrie, Islande, Italie, Lettonie, Liechtenstein, Lituanie, Luxembourg, Malte, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Slovaquie, Slovénie, Suède, Suisse et République tchèque.

La dispense de visa

La dispense de visa dépend de votre nationalité, de la possession éventuelle d’un titre de séjour en France, de la durée de votre séjour et de la partie du territoire de la République française où vous comptez séjourner (territoire européen de la France, départements, collectivités et territoires d’outre-mer). Seul le territoire européen de la France appartient à l’espace Schengen.

Pour les longs séjours (plus de 90 jours), vous êtes dispensé de visa pour entrer sur le territoire européen de la France si vous êtes citoyen de l’Union européenne, de l’Espace économique européen, d’Andorre, de Monaco ou de Suisse

Pour les courts séjours (moins de 90 jours par période 180 jours), vous êtes dispensé de visa :

  • quel que soit le motif de votre séjour, si vous êtes ressortissant des pays suivants : Andorre, Antigua-et-Barbuda, Argentine, Bahamas, Barbade, Brunei Dar es Salam, Canada, Chili, Colombie, Costa Rica, Dominique, El Salvador, Émirats arabes unis, Grenade, Guatemala, Honduras, Israël, Kiribati, Malaisie, Maurice, Moldavie, Monaco, Nicaragua, Nouvelle-Zélande, Palau, Panama, Paraguay, Saint-Christophe et Nevis, Saint-Marin, Saint-Siège, Saint-Vincent-et-les-Grenadines, Sainte-Lucie, Samoa, Seychelles, Taïwan, Timor oriental, Tonga, Trinité-et-Tobago, Tuvalu, Uruguay, Vanuatu
  • si vous possédez un passeport biométrique et êtes ressortissant de : Albanie, Bosnie-Herzégovine, Macédoine, Monténégro, Serbie
  • si vous êtes titulaire d’un passeport des régions administratives spéciales Macao et Hong Kong de la République Populaire de Chine
  • si vous êtes titulaire du passeport « British National Overseas » (passeport britannique pour les ressortissants britanniques outre-mer)
  • si vous disposez d’une carte délivrée par le ministère des Affaires étrangères pour une mission diplomatique et consulaire
  • si vous possédez un titre de séjour en France valide ou un titre de séjour délivré par un État de Schengen ou un titre de long séjour (type D) délivré par la France ou un État de Schengen.

Visa pour les outremers

Un visa Schengen ne permet pas d’entrer dans un département, collectivité ou territoire d’outre-mer : Guadeloupe, Guyane, Martinique, La Réunion, Mayotte, Nouvelle-Calédonie, Polynésie française, Saint-Barthélemy, Saint-Martin, Saint-Pierre-et-Miquelon, Terres australes et antarctiques françaises, les îles de Wallis-et-Futuna.

Si vous envisagez de vous rendre en métropole et dans une collectivité d’outre-mer, vous devez demander des visas distincts.

Visa pour un séjour inférieur ou égal à 90 jours

Avant votre départ, vous effectuez la demande d’un visa Schengen auprès de l’ambassade ou du consulat de France.

Ce visa est délivré pour les voyages d’affaires et de tourisme. Il vous permet aussi de suivre des formations de courte durée ou d’exercer une activité rémunérée ponctuelle (tournée artistique, rencontres sportives, prestation de service, etc.).

Visa pour un séjour supérieur à 90 jours

Pour un séjour supérieur à 3 mois, un visa de long séjour (type D) est obligatoire. Vous en ferez la demande auprès de la représentation française de votre pays.

Plusieurs types de visas peuvent être délivrés selon le motif de votre séjour et de sa durée :

  • le visa mention « carte de séjour à solliciter dans les 2 mois suivants l’arrivée » vous conduit à faire une demande de carte de séjour auprès de la préfecture après être entré en France.
  • le visa de long séjour valant titre de séjour (VLS-TS) dispense de démarche auprès de la préfecture.
  • le visa « vacances-travail » valable 12 mois s’adresse aux jeunes (18-30 ans) dont le pays a signé un accord bilatéral « vacances-travail » avec la France : Argentine, Australie, Brésil, Canada, Chili, Colombie, Corée du Sud, Hong Kong, Japon, Mexique, Nouvelle-Zélande, Russie, Taïwan, Uruguay.
  • le visa de séjour temporaire valable 4 à 6 mois est délivré aux simples visiteurs et aux personnes souhaitant suivre un enseignement ou exercer une activité artistique.
  • le visa « mineur scolarisé en France » est valable 11 mois. Il concerne les mineurs suivants des études durant plus de 3 mois et dont les parents résident à l’étranger.

Notez qu’une fois en France, vous ne pouvez plus faire modifier votre visa.

Que peut-on emporter dans ses bagages ? Les formalités douanières

Vous pouvez être contrôlé aux frontières, mais aussi sur l’ensemble du territoire national. Quelle que soit la façon dont vous entrez en France (frontière terrestre, gare ferroviaire, port, aéroport), deux passages distincts en douane coexistent : le filtre vert est réservé aux visiteurs n’ayant rien à déclarer et le filtre rouge concerne les visiteurs devant effectuer une déclaration (argent, marchandises, véhicule, etc.).

Argent, titres et valeurs

À l’arrivée comme au départ de France, vous devez déclarer les sommes (billets de banque, pièces de monnaie, chèques de voyage, etc.), titres (actions, obligations, etc.) ou valeurs d’un montant égal ou supérieur à 10 000 euros que vous transportez. La déclaration est établie au moyen du formulaire cerfa 13426 04 et peut être :

  • soit remise au service des douanes à votre entrée ou sortie du territoire français
  • soit transmise par voie électronique (service en ligne DALIA) entre 2 et 30 jours avant la date du transfert des fonds

Vous aurez, au préalable, à créer un compte sur le site pro.douane.gouv.fr

Les médicaments

Dès lors qu’ils sont destinés à votre usage personnel, vous pouvez transporter des médicaments dans vos bagages :

  • sans ordonnance, pour une quantité représentant 3 mois de traitement
  • avec une ordonnance, pour une quantité supérieure.

Les marchandises

Vous pouvez transporter dans vos bagages — sans les déclarer et sans payer de taxes — des marchandises achetées ou offertes dans un pays tiers (c’est-à-dire un état exclu du territoire douanier de l’Union européenne) si vous respectez les conditions suivantes :

  • la valeur des marchandises n’excède pas 430 euros, vous avez plus de 15 ans et vous utilisez un mode de transport aérien ou maritime
  • la valeur des marchandises n’excède pas 300 euros, vous avez plus de 15 ans et vous utilisez un mode de transport autre qu’aérien et maritime
  • la valeur des marchandises n’excède pas 150 euros, vous avez moins de 15 ans, quel que soit le mode de transport

Notez que ces sommes ne peuvent être cumulées par plusieurs personnes pour obtenir une franchise plus importante pour un même objet.

La valeur des tabacs et alcools n’étant pas décomptée pour l’application de la franchise en valeur vous pouvez transporter, en outre :

  • 200 cigarettes ou 100 cigarillos ou 50 cigares ou 250 g de tabac ou un assortiment de ces produits dans la limite des quantités autorisées en franchise (100 cigarettes et 25 cigares par exemple).
  • 1 litre d’alcool titrant plus de 22° ou 2 litres d’alcool titrant moins de 22° ou 4 litres de vin non mousseux ou 16 litres de bière.

S’il vous est demandé de justifier la situation régulière de certains objets (bijoux, appareils photo, téléphones portables, etc.), vous devez être en mesure de produire les factures ou quittances douanières prouvant que vous les avez achetés dans l’Union européenne taxes comprises ou que vous avez payé les droits et taxes s’ils proviennent d’un pays tiers.

Certaines marchandises font l’objet de formalités spécifiques (déclaration, permis de détention, etc.). Ainsi, les produits d’origine animale et végétale, susceptibles de véhiculer des organismes nuisibles ou de provoquer des maladies infectieuses, sont soumis à une règlementation phytosanitaire stricte (contrôle, autorisation, interdiction...).

Par ailleurs, certaines espèces (5 800 espèces animales et 30 000 espèces végétales) sont protégées par la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES) et font l’objet d’une règlementation particulière.

Avant votre départ, veillez à vous renseigner auprès des services administratifs de santé ou des douanes sur les produits que vous pouvez transporter.

Certaines marchandises sont strictement interdites : les contrefaçons, les stupéfiants et psychotropes (sauf ordonnance médicale ou autorisation d’importation).

Les animaux de compagnie

Les animaux de compagnie accompagnant un voyageur d’un pays tiers ne font pas l’objet d’un contrôle vétérinaire s’ils remplissent l’ensemble des conditions suivantes :

  • ils sont au nombre de 5 au maximum (sauf dérogation pour les carnivores domestiques en cas de concours ou d’exposition)
  • chaque animal dispose d’un document établi et signé par un vétérinaire du pays d’origine
  • chacun d’eux est déclaré à la douane pour contrôle.

Les carnivores domestiques doivent être identifiés par un tatouage ou un transpondeur électronique, et justifier d’une vaccination antirabique, voire d’un titrage sérique des anticorps antirabiques si l’animal provient d’un pays où la rage sévit.

Devises et moyens de paiement

L’euro est la monnaie utilisée en France métropolitaine et dans les départements d’outre-mer (Guadeloupe, Guyane, La Réunion, Martinique, Mayotte, Saint-Pierre et Miquelon, Saint-Barthélemy, Saint-Martin – sauf dans sa partie hollandaise).

Dans les territoires d’outre-mer (Nouvelle-Calédonie, Polynésie française, archipel de Wallis-et-Futuna), c’est le franc pacifique français (CPF) qui a cours.

Les espèces et les cartes bancaires sont les moyens de paiement privilégiés.

Les cartes bancaires internationales sont acceptées dans la grande majorité des distributeurs automatiques et par la plupart des hôtels, restaurants, structures touristiques et magasins. Notez cependant qu’un commerçant a le droit de refuser un paiement par carte bancaire ou de vous demander un montant minimum d’achat ; dans ce cas, l’information doit être affichée.

Pour tout achat supérieur à 1 500 euros, une signature est demandée.

Comment acheter en détaxe ?

Certains magasins pratiquent la vente en détaxe.

Il vous est possible de bénéficier d’une exonération de TVA (taxe sur la valeur ajoutée) sur vos achats si :

  • vous résidez habituellement hors de l’Union européenne et séjournez en France moins de 6 mois
  • vous avez plus de 16 ans (un titre d’identité vous est demandé au moment de l’achat)
  • vos achats sont à caractère touristique et ne sont pas destinés à la revente (vous ne pouvez acheter plus de 15 exemplaires d’un même article)
  • le montant de vos achats est supérieur à 175 euros TTC (toutes taxes comprises) dans un même magasin, le même jour

Les prestations de service, tabacs, armes, munitions, biens culturels, produits pétroliers sont exclus de la détaxe.

Lors de l’achat, soit le vendeur vous accorde directement la détaxe et vous ne réglez que le prix HT (hors taxe), soit la vente est réalisée TTC et le vendeur vous remet un bordereau de vente à l’exportation. Ce document électronique porte un code-barres et le logo PABLO.

Le jour de votre départ — qui doit intervenir avant le 3e mois suivant la date d’achat —, vous devez faire viser le bordereau aux guichets de la douane. Vous pouvez le valider vous-même via une borne tactile PABLO si le point de sortie du territoire en est équipé. Dans ce cas, il n’est pas nécessaire d’envoyer un exemplaire du bordereau au vendeur : celui-ci est directement informé du visa électronique. Le remboursement de la taxe est opéré après le visa du bordereau par la douane, soit par virement bancaire soit auprès des bureaux de change des aéroports.

À ce jour, vous trouvez une borne PABLO au départ des aéroports de Roissy-Charles de Gaulle, Paris-Orly (Sud et Ouest), Paris-Beauvais-Tillé, Nice-Côte-d’Azur, Lyon-Saint-Exupéry, Marseille-Provence, Genève-Cointrin, Strasbourg-Entzheim, Nantes-Atlantique, du Grand port maritime de Marseille et des points de passage frontaliers de Vallard-Thonex, Saint-Julien-en-Genevois et la Ferrière-sous-Jougne.

L’intérêt des pass touristiques

Nombre de grandes villes proposent des pass touristiques permettant de bénéficier de tarifs privilégiés pour la visite de sites culturels et historiques. Ces pass offrent aussi généralement des avantages en matière de transport, de restauration et d’achats selon les partenariats commerciaux.

Vous pouvez vous les procurer sur le site Internet des offices de tourisme ou sur place.

Téléphoner

Lorsque vous téléphonez de France à France, composez le numéro à 10 chiffres (commençant par un 0) de votre correspondant.

Pour appeler de la France vers l’étranger, composez le 00 (ou # depuis un mobile) puis l’indicatif du pays et le numéro de téléphone de votre correspondant.

Pour appeler de l’étranger vers la France, composez le 00 (code d’accès international) puis le 33 (indicatif français) puis le numéro de votre correspondant sans le 0.

Pour les forfaits de téléphonie mobile, les frais d’itinérance n’existent plus dans les pays de l’Union européenne.

Appeler les numéros d’urgence

Les numéros d’urgence sont gratuits. Avant d’appeler, préparez-vous à donner votre nom, votre adresse, le motif de votre appel, votre numéro de téléphone. Les services de secours devront peut-être vous rappeler. Il est demandé d’attendre les instructions des services de secours avant de raccrocher.

Le 112 — Numéro d’urgence européen. Il est disponible partout dans l’Union européenne. Il vous met en relation avec un opérateur parlant votre langue, puis vous dirige vers le service compétent (police, sapeurs-pompiers, etc.).

Le 15 — SAMU. C’est le numéro des urgences médicales : accident, malaises, chutes, etc.

Le 17 — Police Secours. C’est le numéro des urgences sécuritaires : accident de la route, agression, violence, vol, etc.

Le 18 — Sapeurs-pompiers. C’est le numéro d’urgence de secours aux personnes : incendie, noyade, personne en danger, accident nécessitant des secours aux personnes, fuite de gaz, explosion, intoxication, etc.

Le 114 — Numéro d’urgence pour les personnes sourdes et malentendantes. Il est accessible par SMS. Vous composez le « 114 » dans la fonction SMS/messages de votre téléphone et rédigez votre message. Des opérateurs vous répondent et contactent les services d’urgences adaptés (15,17, 18) les plus proches de chez vous.

À qui s’adresser en cas de perte (papiers, objets, etc.) ?

Vous perdez vos papiers

Si vous perdez vos papiers d’identité, adressez-vous au commissariat de police qui vous remettra un récépissé. Ensuite, contactez votre consulat.

Vous perdez votre carte de crédit

Dès que vous constatez la perte de votre carte, faites opposition ; soit auprès de votre centre d’opposition soit auprès d’un centre d’opposition en France : 0 892 705 705. Vous pouvez ensuite déclarer sa perte au commissariat.

Vous ne retrouvez plus votre voiture

Le commissariat vous orientera vers la fourrière si votre véhicule était mal garé ou enregistrera votre plainte.

Vous perdez un objet

Si vous perdez un objet dans une gare ou un train (SNCF), contactez le Centre d’appel objets trouvés au 0892 35 35 35 ou 3635 puis #22 (0,40 €/min), tous les jours de 8 h à 20 h.

Certaines gares disposent d’un espace « Objets trouvés ».

Dans les autres cas, appelez le numéro du service des objets trouvés que vous pourrez obtenir auprès d’un commissariat.

À Paris, le numéro du service des objets trouvés est : 3430 (0,06 €/appel + prix d’un appel). Vous pouvez vous rendre sur place, du lundi au vendredi de 8 h 30 à 16 h 30, au 36 rue des Morillons — 75732 Paris Cedex 15.

Vous ne retrouvez plus votre animal

Vous pouvez déclarer la perte de votre animal :

  • sur le site Internet Filalapat de l’I-CAD (Identification des carnivores domestiques) ou par téléphone au 0810 778 778 (0,05 €/min + prix d’un appel)
  • au commissariat de police ou à la gendarmerie,
  • au refuge SPA (Société protectrice des animaux) le plus proche.

Courant et prises électriques

En France, la tension du courant est de 230 volts et sa fréquence de 50 hertz. Les prises sont de type C (2 fiches rondes sans prise de terre) ou E (2 fiches rondes avec une prise de terre mâle). Selon votre provenance, vous aurez peut-être à prévoir un transformateur électrique ou un adaptateur de prise.

Les unités de mesure courantes

La distance

Le système métrique décimal est utilisé pour mesurer les longueurs et les distances : 1 kilomètre (km) représente 1 000 mètres (m) ou 100 000 centimètres (cm).

En mer, c’est le mile marin qui est employé : 1 mile marin = 1 nautical mile = 1 852 km

La masse

Pour mesurer la masse, c’est le kilogramme qui est utilisé : 1 kilogramme (kg) représente 1 000 grammes (g).

Le volume

Le volume se mesure en mètre cube (m3) : 1 m3 représente 1 000 décimètres cube (dm3).

La mesure du volume des liquides est réalisée avec le litre (l) : 1 l représente 10 décilitres (dl) ou 100 centilitres (cl).

1 l = 0,001 m3 et 1 m3 = 1 000 l

La température

La température se mesure en degrés Celsius (°C). Si vous utilisez habituellement le degré Fahrenheit, sachez que la glace commence à fondre à partir de 0 °C soit à 32 °F (Fahrenheit) et que le point d’ébullition de l’eau est atteint à 100 °C soit 212 °F.

Quelques équivalences avec les unités de mesure britanniques :

1 inch (in) = 2,54 cm

1 foot (ft) = 30, 48 cm

1 yard (yd) = 0,914 m

1 mile (mi) = 1 609 km

1 km = 0,621 mi

1 cubic inch = 16 387 cm3

1 cubic foot = 28 317 cm3

1 cubic yard = 0,764 m3

1 ounce (oz) = 28 349 g

1 pound (lb) = 0,453 kg

1 pint (pt) = 0,568 l

1 gallon (gal) = 4 546 l

Tout comme les Britanniques, les Américains n’appliquent pas le système métrique international. Ils ont ainsi conservé la mesure des distances en miles. Mais pour certaines unités de mesure, le système américain diffère du système britannique. Ainsi, la pinte et le gallon américains sont plus petits que leurs équivalents du système britannique : le gallon US (gal US) vaut 3 785 litres et la pinte US (US fl) vaut 0,473 litre.

Circuler avec le certificat qualité de l’air

Depuis 2016, les zones de circulation restreintes (ZCR) sont uniquement accessibles aux véhicules (voitures, deux-roues, tricycles, quadricycles, véhicules utilitaires légers, véhicules lourds) dotés d’un certificat anti-pollution, le certificat qualité de l’air, délivré sous la forme d’une vignette (Crit’Air). Ce certificat est valable sur l’ensemble du territoire français. La vignette est à coller sur le pare-brise (ou sur la fourche, le garde-boue, etc.) et est valable toute la durée de vie du véhicule tant qu’elle est lisible.

Plusieurs catégories de certificats distinguent les véhicules selon leurs émissions de polluants atmosphériques. En zone à circulation restreinte, les véhicules les plus polluants ou n’affichant pas la vignette Crit’Air sont passibles d’une amende s’ils circulent lors d’un pic de pollution. Le coût de la vignette Crit’Air est de 3,11 euros auxquels s’ajoutent les frais d’envoi postal. Vous pouvez la commander sur le site certificat-air.gouv.fr.

Conduire avec un permis étranger

Les conditions diffèrent selon votre situation et votre nationalité.

Votre séjour est de courte durée

Si votre séjour dure moins de 185 jours, vous pouvez conduire avec votre permis à condition qu’il soit valide, rédigé en français ou accompagné d’une traduction officielle en français ou d’un permis international. Les traducteurs agréés sont inscrits sur une liste des experts judiciaires disponible sur le site de la Cour de cassation.

Vous étudiez en France

Si vous disposez d’un titre de séjour étudiant, vous pouvez conduire avec votre permis étranger pendant la durée de vos études en France à certaines conditions :

  • votre permis est valide et a été obtenu dans le pays où vous résidiez (plus de 6 mois par année civile) avant d’entrer en France.
  • il est en français ou est accompagné d’une traduction officielle en français.
  • il a été obtenu avant la date de début de validité de votre carte de séjour étudiant ou avant la validation de votre visa de long séjour par l’Office français de l’immigration et de l’intégration.

Vous devez, par ailleurs, avoir l’âge requis pour conduire en France les véhicules de catégorie équivalente mentionnés sur votre permis, ne pas faire l’objet d’une suspension, restriction ou annulation du droit de conduire dans le pays qui vous a délivré le permis. Enfin, vous devez respecter les éventuelles mentions d’ordre médical inscrites sur votre permis.

Notez qu’à la fin de vos études, si vous obtenez un titre de séjour autre qu’étudiant, vous devez échanger votre permis étranger contre un permis français au plus tard l’année qui suit votre nouveau titre de séjour.

Vous vous établissez en France

Vous pouvez conduire avec un permis étranger si vous remplissez plusieurs conditions.

  • Votre permis est en cours de validité, il a été délivré dans le pays où vous résidiez (plus de 6 mois par année civile) avant de vous établir en France et il est rédigé en français (ou accompagné d’une traduction officielle en français).
  • Vous avez l’âge requis pour conduire en France les véhicules de catégorie équivalente mentionnés sur votre permis ; vous n’avez fait l’objet — en France — d’aucune annulation ou invalidation de votre droit de conduire avant l’obtention de votre permis étranger ; vous n’avez fait l’objet d’aucune suspension, restriction ou annulation du droit de conduire dans le pays qui vous a délivré le permis ; vous respectez les éventuelles mentions d’ordre médical inscrites sur votre permis.
  • Si vous êtes d’un pays de l’Espace économique européen (Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie, Chypre, Croatie, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Islande, Italie, Lettonie, Liechtenstein, Lituanie, Luxembourg, Malte, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République tchèque, Roumanie, Royaume-Uni, Slovaquie, Slovénie, Suède), vous avez obtenu votre permis lorsque vous résidiez (plus de 6 mois par année civile) dans le pays de délivrance du permis.,
  • Si vous n’êtes pas d’un pays de l’Espace économique européen, vous avez obtenu votre permis avant la date de début de validité de votre premier titre de séjour en France ou avant la validation de votre visa par l’Office français de l’immigration et de l’intégration.
  • Enfin, si votre nationalité est différente du pays de délivrance de votre permis, vous avez obtenu ce dernier lorsque vous résidiez (plus de 6 mois par année civile) dans le pays.

La durée de reconnaissance de votre permis en France diffère selon votre nationalité.

  • Si vous n’êtes pas européen, votre permis est valable durant 1 an à partir de la date de début de validité de votre premier titre de séjour en France ou à compter de la date de validation du visa de long séjour délivré par l’Office français de l’immigration et de l’intégration.
  • Si vous êtes européen, suisse ou monégasque, votre permis est valable durant 18 mois au maximum (soit les 6 premiers de votre résidence + 12 mois).

Notez qu’au-delà de ces délais, vous devez demander à échanger votre permis contre un permis français.

Le stationnement : ce qu’il faut savoir

Le stationnement est règlementé et payant dans 800 communes. Depuis janvier 2018, les villes fixent elles-mêmes le tarif des amendes pour non-paiement et peuvent s’adresser à des sociétés privées pour dresser les contraventions sur la voie publique.

Pour les stationnements gênants (place handicapée trottoir, passage piéton, piste cyclable, double-file, etc.), l’amende est de 135 euros et votre véhicule peut être mis en fourrière.

Les incontournables de la sécurité routière

En France, le port de la ceinture de sécurité est obligatoire à l’avant et à l’arrière du véhicule. De plus, vous devez conserver, à bord, un gilet de sécurité (« gilet jaune ») et un triangle de pré-signalisation conformes à la règlementation européenne. Téléphoner ou porter des oreillettes (même pour écouter de la musique) en conduisant est interdit. Il est, par ailleurs, exclu de conduire avec un taux d’alcool supérieur à 0,5 g/litre de sang (0,2 g pour les jeunes conducteurs) et après avoir usé de stupéfiants.

La vitesse est limitée à 130 km/h sur autoroute et à 110 km/h par temps de pluie. Elle est au maximum de 110 km/h (100 km/h en cas de précipitations) sur les autoroutes urbaines ou sur les routes à 2 chaussées équipées d’un terre-plein central. Sur les autres routes, la vitesse est habituellement limitée à 90 km/h (à 80 km/h par temps de pluie). En juillet 2018, la vitesse maximale passera de 90 km/h à 80 km/h sur les routes à double-sens sans séparateur central. En agglomération, la vitesse est réduite à 50 km/h, voire à 30 km/h.