Passées À venir

Confinement : près de 280 000 assistantes maternelles pourraient ne plus accueillir d'enfants

Près de 280 000 assistantes maternelles attendent le verdict de Matignon pour savoir si oui ou non elles seront autorisées à poursuivre leur activité durant le confinement. Derrière elles, des milliers de familles qui ont besoin d’une solution de garde s’impatientent également.
Sommaire

Les assistantes maternelles pourront-elles accueillir des enfants à partir de ce samedi 3 avril ? Rien n’est moins sûr. Jeudi, Matignon avait annoncé qu’elles ne garderaient plus d’enfants pendant les trois prochaines semaines, pour s’aligner sur les crèches fermées. Mais la décision ne semble finalement pas arrêtée. La question sera tranchée ce vendredi.

Confinement : près de 280&nobreak&000 assistantes maternelles pourraient ne plus accueillir d’enfants

Assistantes maternelles : l'accueil d'enfants sera-t-il suspendu ?

Mercredi 31 mars, Emmanuel Macron annonçait la fermeture des crèches, écoles, collèges et lycées jusqu’au 26 avril. Afin d’être « en cohérence » avec les crèches, les services du Premier ministre ont indiqué que les assistantes maternelles et les maisons d’assistantes maternelles (Mam) ne pourraient plus accueillir d’enfants pendant trois semaines. Cette annonce a immédiatement suscité de nombreuses réactions de la part des parents qui risquent de se retrouver sans solution de garde. Mais jeudi soir, Matignon a fait marche arrière en précisant que le sujet était encore sur la table.

Le gouvernement devrait également se prononcer sur le régime d’indemnisation des assistantes maternelles qui ne pourront poursuivre leur activité. Le dispositif d’activité partielle est envisagé.

Ce débat entre en contradiction avec les décisions prises lors du premier confinement. En effet, les assistantes maternelles avaient obtenu l’autorisation d’accueillir 6 enfants, au lieu de 4. Et celles qui n’avaient pas pu maintenir leur activité en mars dernier avaient bénéficié d’un dispositif d’indemnités exceptionnelles.

Quelles solutions pour les parents ?

Seule la garde d’enfants à domicile devrait être maintenue. En outre, certaines assistantes maternelles pourront accueillir « les publics prioritaires », dont la liste reste à préciser. Pour rappel, les parents dans l’impossibilité de télétravailler peuvent obtenir un arrêt de travail afin de garder leurs enfants. Un seul des deux parents est en droit de le demander et il bénéficiera alors du chômage partiel. En parallèle, les employeurs sont invités à faciliter la prise de congés de leurs salariés pendant les vacances de printemps, soit du 10 au 26 avril.

Aujourd’hui, assistantes maternelles et familles sont dans l’attente d’une décision gouvernementale.

 

LE DIRECT

 

Les assistantes maternelles autorisées à travailler : des précisions sur les mesures

À l’issue d’une réunion, le secrétaire d’État chargé de l’Enfance et des Familles, Adrien Taquet, a annoncé que les assistantes maternelles peuvent finalement accueillir des enfants pendant les trois prochaines semaines.

Toutefois, Nathalie Dioré, secrétaire confédérale de la CSAFAM (Confédération des syndicats d’assistants familiaux et assistants maternels) présente lors de la réunion, a donné quelques précisions : « il en est fait appel à la responsabilité des parents employeurs pour le recours à l’assistant maternel en cas d’extrême nécessité ». Les Mam et micro-crèches restent également ouvertes avec un accueil de 10 enfants au maximum.

Du côté des assistantes maternelles, elles pourront choisir entre poursuivre leur activité ou être placées en activité partielle avec une indemnisation à hauteur de 80 % du salaire net. De même, celles qui ne peuvent continuer à travailler bénéficieront de l’activité partielle.

Un décret est à venir pour fixer toutes ces mesures.

Après de longues heures, l'annonce est enfin tombée

Les assistantes maternelles obtiennent l'autorisation d'accueillir des enfants

Comme en mars dernier, les assistantes maternelles ont finalement obtenu le droit de travailler et donc de garder des enfants.

Ouverture des Mam et poursuite d'activité pour les assistantes maternelles

Selon lesprosdelapetiteenfance.fr, le secrétaire d’État à l’Enfance et aux Familles, Adrien Taquet, a annoncé au cours d'une visioconférence que les micro-crèches, Mam et assistantes maternelles poursuivent leur activité. Toutefois, il fait appel à la responsabilité des parents, leur demandant de ne déposer leurs enfants qu'en cas d'extrême nécessité.

La liste des personnels prioritaires est disponible

Sur le site monenfant.fr, vous pouvez retrouver la liste des personnels indispensables à la gestion de la crise. Ils peuvent bénéficier d'une solution d’accueil pour leurs enfants.


Personnels prioritaires : le site monenfant.fr peut vous aider

Les caisses d’allocations familiales se mobilisent pour mettre en place des services d’accueil destinés aux enfants des professionnels indispensables à la gestion de la crise sanitaire. Rendez-vous sur le site monenfant.fr.

Toujours aucune nouvelle du gouvernement

Les parents sont nombreux à demander des informations sur les assistantes maternelles via les réseaux sociaux. Et l'inquiétude monte. Pour l'instant, le gouvernement n'a donné aucun détail sur le sujet et se fait attendre.

La Ville de Paris a diffusé sa liste des personnels prioritaires

Sur son site, la Ville de Paris a publié la liste des professionnels indispensables à la gestion de l’épidémie pour lesquels une solution d’accueil des enfants doit être proposée :

  • Tous les personnels des établissements de santé ;
  • Les professionnels de santé libéraux suivants : biologistes, chirurgiens-dentistes, infirmiers diplômés d’État, médecins, pharmaciens, sages-femmes ;
  • Tous les professionnels et bénévoles de la filière de dépistage (professionnels en charge du contact-tracing, centres de dépistage, laboratoires d’analyse, etc.) et de vaccination (personnels soignants et administratifs des centres de vaccination, pompiers) ainsi que les préparateurs en pharmacie ;
  • Les agents des services de l’État chargés de la gestion de la crise au sein des préfectures, des agences régionales de santé et des administrations centrales, ainsi que ceux de l’assurance maladie chargés de la gestion de crise ;
  • Tous les personnels des établissements et services sociaux et médico-sociaux suivants : EHPAD et EHPA (personnes âgées) ; établissements pour personnes handicapées ; services d’aide à domicile (personnes âgées, personnes handicapées et familles vulnérables) ; Services infirmiers d’aide à domicile ; lits d’accueil médicalisés et lits halte soins santé ; appartements de coordination thérapeutique ; CSAPA et CAARUD ; nouveaux centres d’hébergement pour sans-abris malades du coronavirus ;
  • Tous les personnels des services de l’aide sociale à l’enfance (ASE) et de la protection maternelle et infantile (PMI) des conseils départementaux ainsi que les établissements associatifs et publics, pouponnières ou maisons d’enfants à caractère social (MECS), les services d’assistance éducative en milieu ouvert (AEMO) et d’interventions à domicile (TISF) et les services de prévention spécialisée ;
  • Les enseignants et professionnels des établissements scolaires, les professionnels des établissements d’accueil du jeune enfant, les assistantes maternelles ou les professionnels de la garde à domicile, les agents des collectivités locales, en exercice pour assurer le service minimum d’accueil ;
  • Les forces de sécurité intérieure (police nationale, gendarmerie, surveillant de la pénitentiaire).

Le gouvernement est attendu sur la question de l'accueil des enfants par les assistantes maternelles