Passées À venir

Covid-19 : les pistes envisagées par l'exécutif face à la 5e vague

Comment réussir à contenir la 5e vague ? C’est la question qui se posera ce mercredi à l’occasion du Conseil de défense sanitaire. Et plusieurs pistes sont sur la table.
Sommaire

Une 5e vague qui « démarre de façon fulgurante ». Ce dimanche 21 novembre sur RTL, Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement, a tiré la sonnette d’alarme en évoquant une hausse des contaminations de près de 80 % en une semaine. Alors pour ralentir la propagation du virus, le Conseil de défense sanitaire, présidé par Emmanuel Macron, se réunira ce mercredi 24 novembre. Et plusieurs mesures pourraient être prises.

Covid-19 : les pistes envisagées par l’exécutif face à la 5e vague

La 3e dose bientôt généralisée à tous les majeurs ?

Selon Le Parisien, l’une des mesures qui pourraient être retenues est de généraliser la 3e dose à tous les majeurs.

Car à l’heure actuelle, cette dose de rappel concerne les personnes âgées de 65 ans et plus, les personnes immunodéprimées et leurs proches qui ont plus de 18 ans, celles à très haut risque de forme grave, les pompiers, les professionnels de santé, les aides à domicile qui interviennent auprès de patients vulnérables ainsi que les salariés du secteur de la santé ou médico-social.

Puis, comme l’avait annoncé Emmanuel Macron lors de son allocution, les personnes qui ont entre 50 et 64 ans seront éligibles à cette 3e dose à partir du 1er décembre.

Et alors qu’Olivier Véran, le ministre de la Santé, a indiqué dans un message posté ce vendredi 19 novembre sur Twitter que « l’élargissement du rappel aux moins de 50 ans sera étudié prochainement », la Haute autorité de santé (HAS) a publié le même jour un avis recommandant d’administrer cette nouvelle dose aux personnes de 40 ans et plus.

De son côté, le Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale a estimé dans un avis publié ce dimanche que « les données de la modélisation de l’épidémie incitent à envisager la vaccination de l’ensemble de la population adulte 6 mois après la primo-vaccination afin de freiner l’épidémie et réduire le nombre de formes graves. »

Retour du masque et des jauges ?

Toujours selon Le Parisien, en plus d’une dose de rappel généralisée, l’exécutif pourrait réinstaurer le port du masque en extérieur sur tout le territoire. Pour rappel, il est de nouveau obligatoire dans 26 départements. Et à chaque fois, les communes concernées détaillent sur leur site internet les mesures mises en place.

De plus, le port du masque pourrait également faire son retour dans les lieux clos où le pass sanitaire est exigé, « parce que même vacciné, on peut transmettre le virus et être contaminé », a rappelé dans le quotidien Hélène Rossinot, médecin de santé publique.

En revanche, selon le journal, réimposer des jauges partout en France n’est pas d’actualité. Toutefois, certains préfets ont déjà pris des arrêtés visant à limiter l’accès à certains lieux. C’est notamment le cas au marché de Noël de Lille où au maximum 2 500 personnes peuvent déambuler en même temps.

Le confinement et le retour au 100 % de télétravail écartés, pour le moment

Alors que la Belgique vient d’annoncer l’obligation pour les salariés qui le peuvent de faire du télétravail au moins 4 jours par semaine, le gouvernement français va-t-il faire de même ? Ce sujet n’est « pas d’actualité », avait précisé Élisabeth Borne sur BFMTV, le dimanche 14 novembre avant de mettre en avant le « protocole sanitaire strict en entreprise ».

Toutefois, ce vendredi 19 novembre, la ministre du Travail a estimé qu’il « y a un certain relâchement » concernant le respect du protocole sanitaire. « On va augmenter les contrôles de l’inspection du Travail », a-t-elle ajouté.

De même, les mesures les plus contraignantes, comme un confinement ou un couvre-feu, sont pour le moment écartées. « Aucun confinement n’est prévu aujourd’hui, ni de près, ni de loin », avait ainsi assuré Gabriel Attal le mardi 16 novembre.